ISLAM

Islam

Rôle des femmes en Islam

 

Les femmes n’ont joué aucun rôle dans le Judaïsme, tout au plus quelques-unes unes se sont offertes à des tyrans pour servir leur peuple.

 

Dans le Christianisme, la Sainte Marie elle-même, n’est citée dans l’Evangile que comme mère, jamais comme croyante, alors que dans le Coran, elle occupe une place très importante, et comme mère et surtout comme croyante.

 

Par contre, les femmes, dans l’Islam, ont joué un rôle très important. On ne peut parler des premières musulmanes sans commencer par la toute première, notre mère Khadija Ibnatu Kuweilid.

 

Grâce à son dévouement, à son amour, elle aida le Messager (Salut et bénédictions d’Allah sur lui) à avoir confiance en lui-même et traverser les rudes premières années de sa mission. Elle lui fit de son foyer un havre de paix et de sérénité. Toute sa vie, elle était le pilier sur lequel il s’appuyait. De plus, elle mit sa fortune, qui était importante, à sa disposition.

 

Rantla Bint Abi Sufiane (qu’Allah l’agrée) : Elle était fille de la plus haute personnalité de la Mekke. Elle émigrera en Abyssinie avec son époux, avec lequel elle rompra lorsqu’il renia l’Islam. Elle rejoindra les Musulmans à Médine et sera une épouse du Messager (Salut et bénédictions d’Allah sur lui). Son père, venu à Médine en parlementaire, lui rendra visite chez elle. Elle pliera le tapis qui était au sol en lui disant: « tu es un impur, tu ne peux t’asseoir sur le tapis du Messager ».

 

Asma Bint ‘Umeys (qu’Allah l’agrée) : Elle aussi a émigré par deux fois. En Abyssinie et à Médine. Elle disait à ‘Umar Ibn Al Khattab, « j’ai plus de mérite que toi, j’ai émigré par deux fois ». Le Messager (Salut et bénédictions d’Allah sur lui) lui donnera raison sur ‘Umar. Signalons aussi sa sœur Salma, elle aussi émigrée.

 

Fatma Bint Al Khattab (qu’Allah l’agrée) : Elle s’est islamisée avant son frère ‘Umar qui était à ce moment l’un des ennemis les plus acharnés de l’Islam. En s’islamisant, elle savait qu’elle risquait sa vie, étant donné le caractère de son frère. Allah a voulu qu’elle soit la cause de l’islamisation de son frère à l’issue d’une rencontre bouleversante.

 

Et Ruman Bent ‘Amir et Umm Et Fadhel Bent El Harith et sa sœur Meymouna (qu’Allah les agrées). Et nous ne parlons que de celles qui se sont islamisées après et les filles des premiers Musulmans. Nous pouvons citer des centaines de femmes qui ont joué un rôle, à la naissance de l’Islam. Ibnu Saad, dans «Attabaquat Al Kubra» leur réserve un volume de plus de cinq cents pages il est temps pour les chercheurs Musulmans de faire des études sur le rôle de femmes à la naissance de l’Islam. La documentation est abondante.

 

 

L’universalisme de l’Islam naissant

 

Le judaïsme est né chez les Juifs, pour les Juifs. Il ne sortira jamais de chez les Juifs. Ils auront beau avoir toutes les nationalités du monde, ils auront beau avoir de hautes positions dans de nombreux pays, ils ne passeront pas le judaïsme aux autres. On naît juif, on ne devient pas juif.

 

Le Christianisme est lui aussi né chez les Juifs, et ‘Issa ne s’adressait qu’aux fils d’Israël. Si nous en croyons un passage de l’Evangile, pour ‘Issa, les Cananéens étaient des chiens et les Juifs des maîtres. Personnellement, je n’admets pas ‘Issa disant ceci : pour Saint Pierre, on ne peut être chrétien que si on est juif. Il a fallu Saint Paul pour admettre les gentils. Le Christianisme restera des siècles une religion des Grecs et des Latins. Il mettra mille ans pour devenir une religion européenne et dix-huit siècles, grâce au colonialisme, pour toucher tous les peuples ou presque.

 

Quant à l’Islam, dès l’Hégire, le Messager (Salut et bénédictions d’Allah sur lui) avait parmi ses compagnons les plus proches : Bilal, qui était Abyssin, Salman, qui était Persan, Abdallah Ibnou Salam qui était Juif, Souheib qui était Byzantin. Tous participaient de plein droit à la vie de la communauté avec leurs frères arabes et au même titre.

 

L’universalisme de l’islam commença avec la naissance de l’Islam. Le Coran ne cessera de répéter que l’homme n’a de valeur que par lui-même. Pour Allah : «Le plus noble d’entre vous c’est celui qui parmi vous est le plus pieux ».

 

Le complot contre le Qur’an

 

Nous devons mettre les choses au point. Lorsque nous écrivons en langues européennes, devons-nous présenter l’Islam avec une conception chrétienne, ou lui laisser son atmosphère islamique ? Nous savons que le mot « Allah » choque l’Occidental. Dès qu’il entend ce mot, il pense : « Cavaliers d’Allah », « Sabre d’Allah ». « Incha Allah ». Selon le Dr Bucaille nous devons faire une concession, et quelle concession !

 

Le terme « Allah » est une chose et le terme « Dieu » est une chose. « Allah » est le nom qu’Il s’est donné Lui, l’Unique. « Allah » ne se met ni au féminin, ni au pluriel, il ne se fait pas précéder par un article, par contre le terme « Dieu », prend tout cela. « Dieu » en arabe se dit « ilah », nous le trouvons dans le Coran au féminin. Comme au pluriel. Quand nous disons, «la ilaha illallah » , nous comprenons qu’il n’y a de Dieu qu’Allah, et non : « Il n’a de Dieu que Dieu ». Cette phrase traduite en arabe donnerait : « la ilaha illa ilah ». Chez les chrétiens il n’y a pas de nom pour dire Allah. Pour eux, il y a la Sainte Trinité, composée du Père, du Fils et du Saint Esprit. Chez les Hébreux, il y a la notion de Dieu, et la notion de son Nom, et si chez les musulmans, Il s’appelle Allah, chez eux c’est « Yahwe ». II est donc anormal d’écrire Dieu pour Allah. Si nous rencontrons le terme « ilah », nous devons écrire Dieu, mais si nous rencontrons Allah, nous ne devons donner qu’Allah. Un nom ne se traduit pas. Il doit s’écrire phonétiquement le plus près possible de sa langue d’origine. Jetons un coup d’œil sur les dictionnaires arabes et voyons ce qu’ils nous disent :

 

« Ilah » : Tout ce qui est adoré est un ilah pour ceux qui l’adorent. (Il revient 111 fois dans le Coran).

 

« Allah » : Nom de celui qui doit nécessairement exister et dont l’adoration est la seule adoration véritable. (Il revient 2697 fois dans le Coran) ».

 

 

Puisse Allah, à Lui les Louanges et la Gloire, vous récompenser Mr Mimouni des meilleures récompenses dans les deux mondes pour votre excellent livre.

 

Nous publierons la suite du livre lorsque nous aurons procédé à la touche finale, in shaa Allah.

Views: 0