CROISADES

Du siège de Mossoul par Salah ad-Din et de son départ à cause de la mort de Shah Arman

 

En l’an 581 de l’Hégire (1186), Salah ad-Din assiégea Mossoul pour la deuxième fois.

Il laissa Damas au mois de Dzoul Qi’dah de l’année précédente pour Alep ou il resta jusqu’à la fin de cette année qu’il quitta ensuite et traversa pour les terres d’al-Jazirah. Après être arrivé à Harran, il arrêta Mouzaffar ad-Din Koukbouri Ibn Zayn ad-Din, l’homme qui avait été derrière son acquisition des territoires mésopotamiens.

La raison de son arrestation est dû au fait que Mouzaffar ad-Din écrivait tout le temps à Salah ad-Din et lui conseillait d’attaquer Mossoul, en en soulignant les avantages et en renforçant son ambition. Finalement il lui offrit 50 000 dinars s’il viendrait. Cependant, quand Salah ad-Din vint à Harran, il ne remplit pas sa promesse mais l’a désavoua. Salah ad-Din l’arrêta donc et le mit sous garde mais il le libéra plus tard et lui restitua les deux villes de Harran et d’Edesse, qu’il lui avait pris. Il le libéra seulement parce qu’il craignit que les gens se retournent contre lui dans les terres de Mésopotamie puisqu’ils connaissaient tous le rôle de Mouzaffar ad-Din qui l’avait rendu souverain d’al-Jazirat. C’est donc pour cette raison qu’il le libéra.

 

Au mois de Rabi’ Awwal, Salah ad-Din quitta Harran et il fut rejoint par les troupes de Hisn Kayfa, de Dara et de Mou’iz ad-Din Sanjar Shah, le seigneur d’al-Jazirat Ibn ‘Omar, qui était le neveu de ‘Izz ad-Din, le seigneur de Mossoul qui abandonna son allégeance à son oncle après l’arrestation de Moujahid ad-Din et marchait maintenant avec Salah ad-Din sur Mossoul. Quand ils arrivèrent à Balad, l’Atabeg ‘Izz ad-Din envoya sa mère à Salah ad-Din avec la fille de son oncle Nour ad-Din Mahmoud Ibn Zanki, ainsi que d’autres de sa famille avec un certain nombre de notables de son état pour lui demander de faire la paix. Ils offrirent une alliance et le soutien de leurs troupes s’il se retirerait. Il envoya seulement des femmes parce qu’il et tout autour de lui croyait que, s’ils demandaient la Syrie, il leur accorderait leur demande, d’autant plus que la fille de son maître et patron, Nour ad-Din, était avec eux. Quand elles arrivèrent, il leur fourni des logements puis convoqua ses conseillers et leur demanda ce qu’il devrait faire et dire. La plupart d’entre eux avisèrent que l’on devrait leur accorder ce qu’elles voulaient mais le juriste ‘Issa et ‘Ali Ibn Ahmad al-Mashtoub, tous les deux des terres de Hakkari dans la province de Mossoul, dirent : « Ce qui est similaire à Mossoul n’est pas renoncé pour une femme et ‘Izz ad-Din les a simplement envoyé parce qu’il est trop faible pour tenir la ville. »

Ce qui était en ligne avec sa propre préférence et il congédia donc les dames en arrière déçues après avoir donné différentes excuses inacceptables. Ce n’était par faiblesse et relâchement qu’elles avaient été envoyée, mais plutôt parce que l’Atabeg voulait éviter le mal pour quelque chose de meilleur.

Lorsqu’elles furent retournées, Salah ad-Din marcha vers Mossoul, confiant qu’il prendrait la ville, mais les choses tournèrent tout à fait différemment. Lorsqu’il approcha, il campa à environ trois-cent mètres de la ville tandis que ses troupes s’étendirent dans la plaine jusqu’aux régions habitées de Maraqiyah.

Il y eut quelques escarmouches entre les deux armées à l’extérieur de la Porte d’al-‘Imadi et j’étais à cette époque à Mossoul. Les habitants offrirent leur aide, fâchés et courroucés du rejet de Salah ad-Din de la délégation des femmes.

Salah ad-Din rencontra une réception inattendue et fut plein de regrets mais le regret était inutile depuis qu’il avait renvoyé les femmes et perdit ainsi sa bonne réputation et la chance de contrôler la ville. Il blâma alors ceux qui lui avaient avisé de repousser les femmes.

Il reçut alors des lettres d’al-Qadi al-Fadil et d’autres qui n’avait aucun désir pour Mossoul et qui désapprouvèrent ce qu’il avait fait et le considérèrent comme fautif.

De même, pendant qu’il était à Mossoul, Zayn ad-Din Youssouf Ibn Zayn ad-Din, le seigneur d’Irbil, vint le trouver et il le posta avec son frère Mouzaffar ad-Din Koukbouri et d’autres émirs sur le flanc oriental de Mossoul puis envoya ‘Ali Ibn Ahmad al-Mashtoub al-Hakkari loin du camp à la citadelle d’al-Joudaydah dans les terres de Hakkari qu’il assiégea et ou se réunirent autour lui beaucoup de Kurdes et de Hakkari. Il resta là jusqu’à ce que Salah ad-Din se retire de Mossoul.

 

Les habitants de Mossoul avaient l’habitude de traverser le Tigre de combattre les troupes qui s’y trouvaient avant de revenir. Pendant le siège de Mossoul par Salah ad-Din, l’Atabeg ‘Izz ad-Din, son seigneur, entendu dire que Zoulfandar, son lieutenant dans la citadelle, était en correspondance avec lui. Il l’empêcha alors de monter dans la citadelle et suivit de nouveau le conseil de Moujahid ad-Din, qu’il avait reconduit, comme nous l’avons rapporté et à agir conformément à son opinion. Moujahid ad-Din assuma la charge des affaires et répara les choses qui avaient mal tourné et qui conduisirent en fin de compte à la paix, ce que nous rapporterons si Allah Exalté le veut.

 

Un homme de Baghdad, qui était résident à Mossoul, se présenta à Salah ad-Din. Il fut admis en sa présence et lui suggéra de détourner le cours du Tigre de Mossoul vers Ninive. Il dit : « Si le Tigre est détourné de Mossoul, la population aura soif et nous la conquerrons sans une lutte. » Salah ad-Din crut que ce qu’il avait dit était crédible et fut déterminé à le faire mais se rendant compte finalement qu’il ne serait pas possible de le détourner entièrement, car cela prendrait trop de temps, la tâche serait immense et qu’il ne s’ensuivrait aucun avantage. Ses associés exprimèrent leur désapprobation du plan et il y renonça donc.

 

Il resta dans sa position du début du mois de Rabi’ Thani jusqu’à près de sa fin puis se retira alors vers Mayafariqin pour la bonne raison que Shah Arman, le seigneur de Khilat y mourut le 9 du mois de Rabi’ Thani et les nouvelles de son décès arrivèrent le 27 de ce même mois.

Salah ad-Din décida de s’y rendre et la prendre depuis que Shah Arman ne laissa aucun fils ni aucun membre de sa famille qui pourrait gouverner la ville après lui qui avait été saisie par un de ses Mamelouk appelé Baktimour et dont le titre était Sayf ad-Din.

Quand Salah ad-Din consulta ses émirs et vizirs, ils eurent des opinions différentes. Ceux qui étaient avides de Mossoul lui conseillèrent de rester et de persévérer dans le siège mais ceux qui déplorèrent les dommages causés à la Maison Atabeg recommandèrent le départ. Salah ad-Din dit : « Le royaume de Khilat est plus grand et plus important et c’est un animal égaré sans gardien. Ce royaume a un sultan pour garder et le protéger. Si nous conquérons l’autre, celui-là et d’autres seront facile à gagner. »

Il hésitait encore mais il arriva qu’il reçut des lettres de plusieurs notables de Khilat, des habitants et des émirs qui l’invitèrent pour qu’ils puissent lui remettre la ville. Il quitta donc Mossoul mais les lettres de ces correspondants étaient une astuce et un subterfuge, car Shams ad-Din Fahlawan Ibn Ildikiz, le seigneur d’Azerbaïdjan, de Hamadan et ses régions, avait déjà marché contre eux pour prendre leurs terres. Il avait auparavant marié Shah Arman à une de ses filles, en dépit de son grand âge, pour pouvoir prendre le pouvoir dans Khilat et ses dépendances. Quand ils entendirent dire qu’il avait marché, ils écrivirent à Salah ad-Din pour l’inviter à recevoir la capitulation de la ville pour dissuader Bahlawan et utiliser Bahlawan pour le dissuader tandis que la ville resterait dans leurs mains.

Salah ad-Din disposa et envoya en avant-garde son cousin Nassir ad-Din Muhammad Ibn Shirkouh, Mouzaffar ad-Din Ibn Zayn ad-Din et d’autres. Ils parvinrent à Khilat et campèrent à at-Taytouwanah près de Khilat. Salah ad-Din quant à lui, alla à Mayafariqin.

Fahlawan marcha aussi sur Khilat et campa près de la ville. Des envoyés des habitants de Khilat allèrent d’avant en arrière entre Salah ad-Din et Fahlawan. Par la suite ils s’arrangèrent avec ce dernier, rejoignirent son alliance et établirent le sermon en son nom.

 

Views: 0