CROISADES

De la prise d’Alep par Salah ad-Din

 

Cette année, de nouveau durant le mois de Mouharram, Salah ad-Din marcha de ‘Ayntab à Alep devant laquelle il campa dans l’Hippodrome Vert. Il y resta un certain nombre de jours et se rendit ensuite sur le mont Jawsham au sommet duquel il établit son camp et précisa qu’il avait l’intention de construire des habitations pour lui, ses compagnons et ses troupes. Il resta occupé un certain nombre de jours pour finir ces abris tandis que des affrontements avaient lieu quotidiennement entre les deux armées.

 

Le seigneur d’Alep, ‘Imad ad-Din Zanki Ibn Mawdoud Ibn Zanki, avait avec lui l’armée de Nour ad-Din, qui combattit sans réserve. Cependant, quand il vit les grands frais, il devint avare avec l’argent.

Un jour un de ses soldats vint chez lui et lui demanda quelque chose mais il fit l’excuse qu’il n’avait que peu d’argent. Un autre homme lui dit : « Quiconque espère tenir un endroit tel qu’Alep dépenserait son argent même s’il devait pour cela vendre les bijoux de ses femmes. »

C’est alors qu’il préféra la capitulation d’Alep capitulant en prenant quelque part dans l’échange. Il envoya donc un message avec l’émir Touman al-Yarouqi qui était en faveur de Salah ad-Din et dont les sympathies étaient avec lui, et ce sont les raisons pour lesquelles il l’envoya. Ils conclurent donc un arrangement à savoir que ‘Imad ad-Din abandonnerait Alep à Salah ad-Din et qu’en échange, il recevrait Sinjar, Nisibis, Khabour, Raqqah et Sarouj. Les serments furent jurés et ainsi il vendit la ville pour le plus misérable des prix. Il renonça à une ville forteresse comme Alep et reçut en échange quelques villages et des champs !

‘Imad ad-Din Zanki Ibn Mawdoud Ibn Zanki quitta donc la ville le 18 du mois de Safar et Salah ad-Din l’a repris. Chacun fut stupéfié et condamna ce qu’il avait fait. Effectivement, certains habitants d’Alep apportèrent un bac d’eau et le renversèrent sur lui en lui lançant à haute voix : « Tu es indigne de régner et juste bon à laver des vêtements » ainsi que d’autres insultes.

 

Avec ce gain de pouvoir de Salah ad-Din devint bien établi, et après avoir été vacillant, son pied devint fermement fixé par la capitulation de cette place bien qu’il ait été au bord d’un précipice. Quand Allah Exalté décide d’une chose, nul ne peut la détourner.

 

‘Imad ad-Din partit dans les villes que Salah ad-Din lui avait données pour le prix d’Alep et qu’il prit en charge tandis que Salah ad-Din prit Alep. Il fut convenu entre eux que ‘Imad ad-Din se présenterait en personne et avec son armée au service Salah ad-Din s’il était convoqué et qu’il ne devait faire aucune excuse. C’était un fait surprenant que Mouhyi ad-Din Ibn az-Zaki, le Qadi de Damas, loua Salah ad-Din avec une ode qui disait :

« Ta conquête d’Alep avec le sabre dans Safar

Est un bon augure pour la conquête de Jérusalem dans Rajab. »

Et la conquête de Jérusalem eut lieu effectivement au mois de Rajab de l’année 583 de l’Hégire, ce que nous rapporterons si Allah Exalté le veut.

 

Parmi ce qu’al-Qadi al-Fadil écrivit sur ce sujet de la part de Salah ad-Din est la chose suivante : «  Nous lui avons donné les endroits untel et un tel pour Alep. C’est un échange en vérité ! Nous avons pris des dinars de lui et lui avons donné des dirhams. Nous avons renoncé aux villages et avons acquis des villes importantes. »

Il écrivit aussi : « Nous lui avons donné ce qui n’a pas quitté nos mains, » ce qui voulait dire que lorsque Salah ad-Din le voulait, il pourrait les reprendre à cause du manque de fortifications. 

 

Parmi ceux qui furent tués à Alep, il y eut Taj al-Moulouk Bouri, le plus jeune frère de Salah ad-Din.

Il était un brave soldat, noble et doux qui unit toutes les bonnes qualités et les traits admirables. Il reçut un coup d’estoc dans son genou, qui fut disloqué et qui provoqua sa mort après que la paix avait été faite entre ‘Imad ad-Din et Salah ad-Din sur la base de la capitulation d’Alep et avant que Salah ad-Din ne soit entré dans la ville.

Quand la paix avait été arrangée Salah ad-Din vint pour rendre visite à son frère et lui dit : « Bien, nous avons pris Alep et la ville est tienne. » Il répondit : « Ainsi elle a été (prise) de mon vivant. Par Allah, tu l’as prise pour un lourd prix en perdant un homme comme moi ». Salah ad-Din pleura et fit pleurer les autres.

 

Quand ‘Imad ad-Din vint trouver Salah ad-Din et un festin lui avait été préparé, Salah ad-Din y participa. Pendant que tous se réjouissaient, un homme vint et chuchota à Salah ad-Din que son frère était mort. Il ne trahit aucun choc ou chagrin, mais lui ordonna de se préparer pour un enterrement secret. ‘Imad ad-Din et ceux qui étaient avec lui ignorèrent tout de l’affaire. Il supporta sa tristesse seul afin que le plaisir des autres ne soit pas gâté et ce fut en vrai un exemple d’une grandiose endurance.

 

De la conquête de Harim par Salah ad-Din

 

Après la prise d’Alep, il y avait dans la citadelle de Harim, une des dépendances d’Alep, un certain Mamelouk de Nour ad-Din nommé Sarkhak qu’al-Malik as-Salih avait nommé gouverneur là. Il refusa de la remettre à Salah ad-Din qui lui avait écrit pour la lui remettre et lui avait dit : « Demande n’importe quel fief que tu souhaites. » Il lui fit les promesses équitables mais Sarkhak fit des demandes excessives. Des envoyés furent échangés mais Sarkhak contacta les croisés pour demander leur protection.

Les troupes qui étaient avec lui furent informées qu’il était en communication avec les croisés et craignirent qu’il leur abandonne la citadelle. Ils tombèrent donc sur lui, l’arrêtèrent et l’emprisonnèrent puis écrivirent à Salah ad-Din demandant sécurité et récompense ce qu’il accepta. Après qu’ils lui aient remit la forteresse, il y plaça un de ses proches émirs comme châtelain.

 

Quant aux forteresses restantes d’Alep, Salah ad-Din laissa ‘Ayntab dans les mains de son seigneur, comme nous l’avons mentionné auparavant et il assigna Tall Khalid à un émir appelé Dildirim al-Yarouqi, qui était le seigneur de Tall Bashir. La citadelle d’A’zaz avait été déjà démolie par ‘Imad ad-Din Ghazi. Salah ad-Din l’a donna comme un fief à un émir appelé ‘Alam ad-Din Souleyman Ibn Jandar qui l’a reconstruit.

Salah ad-Din resta dans Alep jusqu’à ce qu’il ait établit son organisation, ses affaires et son administration, assigna ses différents districts et envoya des messages et rassembla ses forces de toutes ses terres.

 

 

Views: 0