CROISADES

De la prise d’Amid et de sa remise au seigneur de Hisn Kayfa

 

Nous avons mentionné que Salah ad-Din campa à Harzam en-deçà de Mardin et n’ayant trouvé aucun moyen d’accomplir son but, quitta la place pour aller à Amid via al-Bari’iyah. Nour ad-Din Muhammad Ibn Qara Arsalan insistait constamment pour qu’il attaque Amid, la prenne et la lui assigne comme il avait été convenu entre eux. Il arriva donc à Amid le 17 du mois de Dzoul Hijjah de l’année 579 de l’Hégire (1183), établit son camp et s’apprêta à mettre le siège.

L’homme qui gouvernait la ville et exerçait l’autorité était Baha’ ad-Din Ibn Nissan tandis que le souverain de la ville n’avait aucune autorité à ses côtés.

Quand Salah ad-Din imposa le siège Ibn Nissan ne prit pas de bonnes mesures. Il ne donna ni argent, ni provisions et ni nourritures aux habitants et leur dit : « Luttez pour vos vies, » à quoi un de ses hommes répondit : « L’ennemi n’est pas un mécréant pour qu’ils aient à combattre contre lui pour leurs vies, » et ils ne firent rien.

Salah ad-Din commença l’attaque, monta ses trébuchets et réalisa ensuite un assaut bien que la place soit extrêmement puissante et particulièrement défendable et que ses murailles étaient proverbiaux. Ibn Nissan resta pingre avec l’argent et son comportement était celui d’un homme sur qui la fortune avait tourné son dos et le pouvoir discrètement quitté. Quand les gens virent cela, ils ne déployèrent aucun effort et s’inclinèrent vers l’auto-préservation.

Le règne d’Ibn Nissan avait été assez long et pesé lourdement sur les gens à cause de son mauvais traitement à leurs égards, sa prise sur eux et qu’il rendit difficile l’acquisition de bien. Il était donc détesté et les gens voulaient mettre un terme à son règne.

Salah ad-Din ordonna que des messages soient attachés aux flèches et envoyés aux habitants leur promettant un traitement bon et généreux s’ils lui obéissaient et des menaces s’ils lui résistaient. Cela les rendit plus oisifs et découragés. Ils voulurent que Salah ad-Din règne et renoncèrent à lutter. Ses sapeurs atteignirent alors le mur et des mines furent creusées et sous lui. Quand la garnison et les habitants le réalisèrent, ils devinrent plus audacieux vers Ibn Nissan et extrêmes dans leurs demandes.

À ce moment, Ibn Nissan envoya sa famille à al-Qadi al-Fadil, le vizir de Salah ad-Din, en lui demandant de le protéger et de lui donner des garanties à lui, sa famille et ses biens et de lui donner trois jours de délai pour qu’il puisse transporter son argent et ses richesses qu’il avait dans la ville. Al-Fadil lui accorda ce service et Salah ad-Din donna son accord.

Ibn Nissan abandonna donc la ville pendant le premier tiers du mois de Mouharram, déplaça ses tentes à l’extérieur de la ville et voulut déplacer ses biens ce qu’il fut incapable de faire à cause de sa perte d’autorité sur ses hommes et leur refus d’obéir. Il en informa alors Salah ad-Din et lui demanda son assistance. Salah ad-Din lui fournit des bêtes de somme et des hommes pour la tâche et certaines de ses richesses furent emportées tandis que le reste fut pillé. Les trois jours s’écoulèrent avant qu’il ait eu le temps de tout sortir si bien que le reste lui fut dénié. Les tours de la ville étaient pleines de toutes les sortes de marchandises mais il les laissa intacts. Aurait-il distribué une partie aux habitants, ils auraient tenu la ville et tous ses biens. Cependant, quand Allah à Lui les Louanges et la Gloire, veut une chose, Il met en place les causes.

 

Quand Salah ad-Din reçut la ville, il l’a rendit à Nour ad-Din le seigneur de Hisn Kayfa mais avant qu’il ait fait ainsi, on lui dit : « Cette ville contient des marchandises d’une valeur de plus de 1 000 000 de dinars. Si tu les prenais et les distribuait à ton armée et tes partisans puis que tu lui remettais la ville dans l’état, il restera content et n’attend pas plus que cela. » Salah ad-Din refusa et répondit : « Je ne suis pas un homme qui donne les fondements et tergiverse sur les accessoires. »

Lorsque Nour ad-Din prit la ville, il donna un grand festin auquel il invita Salah ad-Din et ses émirs. Salah ad-Din n’était pas précédemment entré dans la ville et Nour ad-Din lui présenta ainsi qu’à ses hommes un grand nombre de cadeaux.

 

De la prise de Tall Khalid et de ‘Ayntab en Syrie

 

Quand il eut finit avec Amid, Salah ad-Din partit pour la Syrie et particulièrement Tall Khalid qui faisait partie du district d’Alep qu’il assiégea et bombarda avec ses trébuchets[1]. Les défenseurs descendirent et demandèrent des conditions qu’il leur accorda avant de recevoir la capitulation toujours durant ce même mois de Mouharram.

De là, il procéda à ‘Ayntab qu’il assiégea aussi tandis que la forteresse était tenu par Nassih ad-Din Muhammad, le frère du Sheikh Isma’il, qui était le trésorier de Nour ad-Din Mahmoud Ibn Zanki et son ami. Nour ad-Din la lui avait confiée et elle était restée dans ses mains jusqu’à présent.

Quand Salah ad-Din l’investit, il demanda à ce que l’autorité de la forteresse lui soit confirmée en échange de sa soumission. Salah ad-Din accepta et lui en fit le serment. Nassih ad-Din descendit donc et se mit à son service et cela toujours au mois de Mouharram de cette année.

 

Récit de deux batailles avec les croisés, l’une en mer et l’autre en Syrie

 

Le 10 du mois de Mouharram, la flotte musulmane leva l’ancre d’Egypte et rencontra un vaisseau transportant environ 300 croisés complètement armés avec de l’argent et des armes à destination du Levant. Les Musulmans les engagèrent et les deux côtés luttèrent obstinément jusqu’à ce ces derniers soient victorieux. Ayant pris les croisés prisonniers, ils en tuèrent certains et gardèrent les autres en captivité puis ils saisirent tout qui était avec eux et est revinrent Egypte sains et saufs.

 

De même cette année, une grande compagnie de croisés quitta la région de Daroum pour attaquer et piller l’Egypte.

Les musulmans furent informés et sortirent à leur rencontre par la route de Sadr et d’Aylah. Les croisés se retirèrent devant eux et campèrent près d’un point d’eau appelé al-’Oussaylah après être arrivés avant les Musulmans qui arrivèrent assoiffés et sur le point de mourir pour voir que les croisés avait occupé la source d’eau mais Allah à Lui les Louanges et la Puissance dans Sa clémence forma un grand nuage qui déversa sa pluie sur eux et étancha leur soif. C’était en plein été et la chaleur était intense et mortelle. Lorsqu’ils virent cela leur moral se renforca et ils furent convaincu qu’Allah Exalté leur accorderaient la victoire. Ils engagèrent alors les croisés et Allah leur accorda effectivement la victoire. Ils les tuèrent et seuls quelques fugitifs isolés s’enfuirent. Les Musulmans saisirent leurs armes et leurs chevaux et retournèrent triomphants par la grâce d’Allah Exalté.

 

 

Views: 0