CROISADES

Al-Wathiq Billah

Al-Wathiq Billah Ibn ‘Omar Ibn Ibrahim Ibn al-Moustamsik Ibn al-Hakim, devint calife sur la déposition d’al-Moutawakkil au mois de Rajab de l’année 785 de l’Hégire (1383) et régna jusqu’à sa mort le mercredi 17 ou 19 du mois de Shawwal de l’année 788 de l’Hégire (1386).


Al-Mou’tassim Billah

Al-Mou’tassim Billah Zakariyyah Ibn Ibrahim Ibn al-Moustamsik devint calife à la mort de son frère al-Wathiq. Il fut déposé le 10 du mois de Joumadah Awwal de l’année 791 de l’Hégire (1388) et resta dans sa résidence jusqu’à sa mort et al-Moutawakkil fut restitué.


Al-Mousta’in Billah

Al-Mousta’in Billah Abou al-Fadl al-‘Abbas Ibn al-Moutawakkil devint calife selon la convention de son père au mois de Rajab de l’année 808 de l’Hégire (1405). Sa mère était un esclave turque appelé Baye Khatoun. Le sultan à cette époque était al-Malik an-Nassir Faraj.
Quand an-Nassir sortit pour combattre le Sheikh Mahmoudi, surnommé Faraj, le gouverneur de Damas, il fut vaincu et s’enfuit. Le 25 du mois de Mouharram, le calife prit donc sa place en plus du califat. Le sultan déchu ne donna pas son assentiment, revint alors en Egypte accompagné par les émirs et la monnaie fut frappée en son nom et son titre resta inaltéré.
Quand al-Mousta’in atteignit l’Egypte, il prit sa résidence dans la citadelle et le Sheikh Mahmoudi dans les écuries. Al-Mousta’in lui délégua l’administration de la souveraineté sur l’Egypte et le surnomma Nizam al-Moulk. Quand les nobles étaient libérés de leur devoir au palais, ils avaient l’habitude d’assister le Sheikh aux écuries, lui payer leurs respects et en sa présence poursuivaient les affaires d’administratives. Alors son chancelier attendait qu’al-Mousta’in signe les mandats royaux et les lettres.
Le Sheikh pensa alors que le calife ne devait pas avoir le droit de signer un document avant de lui avoir montré. Le calife ressentit alors de la crainte, son cœur fut gêné et son inquiétude augmenta. Quand le mois de Sha’ban arriva, le Sheikh demanda au calife qu’il devrait démissionner du sultanat en sa faveur selon la coutume. Le calife donna son assentiment à la condition qu’il puisse descendre de la citadelle et se rendre dans sa propre résidence. Mais le Sheikh ne consentit pas, usurpa le sultanat, prit le titre d’al-Mouayyid, proclama publiquement la déposition d’al-Mousta’in et le 16 du mois de Dzoul Hijjah de l’année 816 de l’Hégire (1413), il nomma son frère Daoud calife. Al-Mousta’in, et ses gens avec lui, fut transféré du palais dans une des maisons de la citadelle et les gardes furent placées autour de la demeure pour empêcher son accès aux gens. Quand ces nouvelles atteignirent Nawrouz, le gouverneur de la Syrie, il rassembla les juges et les docteurs et demanda leur décision judiciaire concernant les actes d’al-Mouayyid qui avait déposé et emprisonné le calife. Leur réponse fut que c’était illégal et il décida d’attaquer al-Mouayyid. Ce dernier marcha contre Nawrouz durant l’année 817 de l’Hégire (1414) et envoya al-Mousta’in à Alexandrie ou il resta emprisonné jusqu’au règne de Tatare quand il fut libéré et autorisé à rentrer au Caire. Mais il préféra résider à Alexandrie car l’endroit était agréable et d’où il reçut des sommes considérables des marchands. Il y résida jusqu’à sa mort Shahid de la peste au mois de Joumadah Thani de l’année 813 de l’Hégire (1410).


En l’an 812 de l’Hégire (1409), le niveau du Nil augmenta et monta jusqu’à son niveau maximum.


Durant l’année 814 de l’Hégire (1411), l’empereur de l’Hindoustan, Ghiyath ad-Din Mahmoud Toughlak ‘Azzam Shah Ibn Sikandar envoya une grande somme au calife pour sa cérémonie d’investiture de souveraineté et un présent au sultan.


Al-Mou’tadid Billah

Al-Mou’tadid Billah Abou al-Fath Daoud Ibn al-Moutawakkil devint calife à la mort de son frère en l’an 815 de l’Hégire (1412). Sa mère était une esclave turque appelé Kazal. Le sultan al-Mouayyid le resta jusqu’à sa mort au mois de Mouharram 824 de l’Hégire (1420) et son fils Ahmad fut alors investi du sultanat et surnommé al-Mouzaffar qui nomma Tatare son premier ministre.
Tatare l’arrêta au mois de Sha’ban, après quoi le calife investit Tatare du sultanat et il fut surnommé az-Zahir.

Le 4 du mois de Dzoul Hijjah de cette même année, Tatare mourut et son fils Muhammad fut investi de l’autorité et surnommé as-Salih. Il nomma Barsabay son premier ministre.
Par la suite Barsabay tomba sur as-Salih, le déposa et le calife l’investit du sultanat le 8 du mois de Rabi’ Thani de l’année 825 de l’Hégire (1421) jusqu’à sa mort le 16 du mois de Dzoul Hijjah de l’année 841 de l’Hégire (1437). Son fils Youssouf prit sa succession et le titre d’al-‘Aziz et nomma Jaqmaq son premier ministre qui à son tour tomba sur al-‘Aziz et l’arrêta le 19 du mois de Rabi’ Awwal de l’année 842 de l’Hégire (1438). Le calife l’investit alors et il fut surnommé az-Zahir et régna jusqu’à la mort du calife.

Al-Mou’tadid fut l’un des premiers des califes dans le mérite, la clairvoyance et la sagacité. Il courtisa la société des hommes de lettres et de génie, tira un grand profit d’eux et s’associa dans leurs travaux. Il fut extrêmement tolérant et généreux. Il mourut le dimanche 4 du mois de Rabi’ Awwal de l’année 845 de l’Hégire (1441). Selon Ibn Hajar, à presque soixante-dix ans mais la fille d’un de ses frères m’informa qu’il vécut 63 ans.


Durant l’année 816 de l’Hégire (1413), Sadr ad-Din Ibn al-‘Admi fut nommé inspecteur des marchés en plus de son poste de Qadi. Il fut le premier à exercer les deux fonctions ensemble.


Durant l’année 819 de l’Hégire (1416), Mankali Bougha assuma cette fonction il fut le premier parmi les Turcs dans le monde qui tint le poste d’inspecteur.

Cette même année, un homme apparut en Egypte prétendant qu’il était monté dans le ciel, qu’il avait vu le Très Haut et parlé avec Lui et beaucoup de gens du commun crurent en lui. Une conférence fut donc établie ou il fut convoqué et on lui demanda de se rétracter mais il refusa de se rétracter. Alors, le jurisconsulte Maliki ordonna qu’il soit tué sur le témoignage de deux personnes qu’il était sain d’esprit mais, un certain nombre de médecins affirmèrent qu’il ne l’était pas et il fut donc confiné à l’hôpital.


En l’an 821 de l’Hégire (1418), un buffle à Bilbays donna naissance à un jeune avec deux têtes, deux cous, quatre pattes antérieurs et les deux portions communicantes du dos et du poitrail en un, deux pattes seulement et la queue divisée en deux qui était une merveille de création.

Durant l’année 822 de l’Hégire (1419), un grand tremblement de terre se produisit à Arzankan au cours duquel un certain nombre de personnes périt.

Cette même année, le collège Mouayyadiyah fut achevé et Shams Ibn al-Moudiri fut nommé professeur principal. Le sultan assista à ses conférences et Ibrahim le fils du sultan arrangea le tapis de prière du Sheikh de sa propre main.


En l’an 823 de l’Hégire (1420), un chameau fut tué à Gaza et sa chair brilla comme la clarté d’une bougie. Un morceau fut lancé à un chien mais il ne le mangea pas.


En l’an 824 de l’Hégire (1421), le Nil dépassa son niveau submergeant ainsi un grand nombre de champs semés.


En l’an 825 de l’Hégire (1422), Fatimah, la fille du Qadi Jalal ad-Din al-Balqini donna naissance à un enfant avec deux mains supplémentaires et des cornes comme celle d’un taureau mais il mourut peu de temps après.

Cette même année, le Caire fut secoué par un léger tremblement de terre.

 

Views: 0