CROISADES

Comment les croisés tentèrent de débarquer près de Beyrouth

 

De même, on fut informé par des nouvelles venant de Damas que dans les derniers jours du mois de Sha’ban, environ trente galères croisées avaient tenté d’accoster sur les côtes de Beyrouth mais que les habitants s’étaient rassemblés pour combattre l’ennemi. Allah Exalté à Lui les Louanges et la Gloire fit alors souffler un vent violent qui fracassa les navires en les repoussant sur le rivage. Les habitants de Beyrouth saisirent alors prisonniers tous ceux qui avaient échappé au naufrage soit quatre-vingts croisés francs.

 

L’arrivée de Qazan le roi tatar en Irak

 

Dans la nuit du mardi 16 Rajab, Silamish accompagné de Katkatou empruntèrent les chevaux de la poste et se rendirent dans la citadelle de la Montagne avec Moukhlis ad-Din ar-Roumi. Ils furent reçus avec honneur et traités des meilleures manières.

A propos de Silamish voici ce qui arriva. Après avoir été envoyé par Qazan pour conquérir le pays de Roum, il leva un corps de 10 000 hommes puis écrivit, à Ibn Karaman l’émir des Turcomans et au sultan en Égypte, une lettre qu’il fit porter par Moukhlis ad-Din ar-Roumi pour demander de l’aide afin qu’il puisse combattre Qazan et la réponse qu’il reçut, au mois de Rajab contenait des louanges et des félicitations. L’ordre fut envoyé aux troupes à Damas de lui porter assistance. Lorsque Qazan qui entre temps était arrivé à Baghdad, apprit que Silamish l’avait abandonné, il ajourna l’expédition qu’il avait projetée en Syrie et le premier jour du mois de Joumadah Thani, marcha vers le Sultanat de Roum à la tête de son armée de 35 000 hommes dont il donna le commandement à Boulay puis Qazan retourna à Tabriz en compagnie de Kanjak, Baktimour, al-Baqi et Bazlar.

Boulay se dirigea vers le Sinjar puis s’arrêta à Ras al-‘Ayn, ou établit son camp avant de marcher sur Amid. Silamish se retrouva à la tête d’environ 60 000 hommes et lorsqu’il arriva devant Siwas, les habitants lui fermèrent la porte si bien qu’il assiégea leur ville. Le 1 du mois de Rajab, il fut informé de l’approche de Boulay et des troupes de Qazan alors tous les Tatars qui servaient sous ses ordres l’abandonnèrent et rejoignirent les rangs de Boulay qui fut également rejoint par les troupes du Sultanat de Roum. Les Turcomans s’enfuirent vers les montagnes et Silamish se retrouva seul avec environ 500 hommes. Il leva aussitôt son camp, quitta Siwas et se dirigea vers Sis puis Bahisna ou il arriva à la fin du mois de Rajab.

Le 5 du mois de Sha’ban, la nouvelle de sa débandade arriva à Damas alors que les émirs qui s’apprêtaient à lui porter assistance étaient dans la ville. Silamish arriva à Damas le 21 du mois de Ramadan et repartit le lendemain, accompagné de l’émir Baktimour, pour Sis via Alep qu’il quitta à la tête d’un corps de troupes. Les Tatars, avertis de sa marche, l’attaquèrent et l’émir Baktimour fut tué dans le combat. Silamish qui s’était réfugié dans une forteresse fut prisonnier et conduit à Qazan qui ordonna son exécution.

Peu après, la nouvelle arriva que Qazan et ses troupes s’étaient mis en marche pour attaquer la Syrie. Il fut donné l’ordre par écrit aux émirs Qartay et Katloubak de rejoindre les émirs qui avaient été précédemment envoyés et ils arrivèrent à Damas le 24 du mois de Dzoul Hijjah puis, le sultan quitta la citadelle à la tête de son armée, le 24 du mois de Dzoul Hijjah et établit son camp en dehors de la ville du Caire laissant derrière lui pour gouverner en son absence, l’émir Rouqn ad-Din Baybars al-Mansouri.

 

Cette année, l’Egypte éprouva une épidémie de rats qui causèrent de grands dommages.

 

La première invasion de la Syrie du roi tatar Qazan

 

Alors que l’année 699 de l’Hégire débutait (1300), le sultan quitta Le Caire pour la Syrie suite aux intentions belliqueuses de Qazan. Bientôt les informations se succédèrent rapidement et de nombreuses vagues de fugitifs arrivèrent successivement. Les soldats employèrent la gratification qu’ils reçurent pour acheter ce dont ils avaient besoin et tout se vendait à des prix élevés à cause des rumeurs qui annonçaient la prochaine défaite de l’armée.

 

Des informations venant d’Alep annoncèrent que l’avant-garde de Qazan avait quitté les rives de l’Euphrate et traversé ce fleuve et que tous les habitants des villages sans exception avaient pris la fuite.

L’armée de Damas quitta alors la ville suivie par le sultan et ses troupes et se dirigea vers Homs ou le camp fut établit près de la ville après que des éclaireurs arabes aient été envoyés pour ramener des informations sur les troupes ennemies qui étaient arrivés près de Salamiyah. Les troupes restèrent en armes durant trois jours tandis que les prix des denrées étaient exorbitants.

Dans la matinée du mercredi 28 du mois de Mouharram, le sultan monta à cheval et pressa la marche de l’armée jusqu’à la quatrième heure du jour quand on vit apparaitre l’avant-garde tatare. Un mot d’ordre fut alors crié à l’armée de laisser de côté leurs lances et de ne se fier qu’à leur masse de guerre et leurs sabres, ce que firent tous les soldats.

 

Views: 0