CROISADES

Le Sheikh ‘Izz ad-Din Ibn ‘Abd as-Salam se rend au Caire

 

Cette même année, le Sheikh ‘Izz ad-Din Ibn ‘Abd as-Salam arriva au Caire après avoir été chassé de Damas par al-Malik as-Salih Isma’il. Al-Malik as-Salih-Najm ad-Din le reçut honorablement et lui donna la charge de Khatib de la mosquée de ‘Amr Ibn al-‘As (qu’Allah soit satisfait de lui) à Misr puis le jour de ‘Arafat, il le nomma Qadi de Misr et du Sud de l’Egypte en remplacement du Qadi al-Qoudat Sharaf ad-Din Ibn ‘Ayn ad-Dawlah.

 

 

Cette année, lorsque Badr ad-Din Lou’lou’ fit la paix avec les Khwarizmi et leur donna la ville de Nissibin, ils quittèrent Mossoul après qu’al-Malik al-Mouzaffar Ghazi Ibn al-Malik al-’Adil, le prince de Mayafariqin, fit alliance avec eux. Ils marchèrent ensuite sur Amid et l’armée d’Alep, sous le commandement d’al-Malik al-Mou’azzam Fakhr ad-Din Touranshah, le fils du sultan Salah ad-Din, sortit pour leur livrer bataille et les repoussa de cette ville. Les Khwarizmi ravagèrent la région de Mayafariqin et livrèrent plusieurs batailles contre les troupes d’Alep. L’armée rentra alors à Alep et les Khwarizmi retournèrent piller la province de Mossoul.

 

Cette même année, al-Malik al-Mansour, à la tête d’une armée considérable, arriva du Yémen à la Mecque au mois de Ramadan. Les Égyptiens qui se trouvaient à la Mecque s’enfuirent après avoir incendié le palais du gouvernement de cette ville pour détruire les armements et ce qui s’y trouvaient.

 

 

De l’attaque de Naplouse par les croisés

 

Le vendredi 4 du mois de Joumadah Awwal de l’année 640 de l’Hégire (1242), les croisés de ‘Akkah (Acre) descendirent sur Nablous (Naplouse), ravagèrent le pays et firent des prisonniers. Ils prirent le Minbar du Khatib et ils se retirèrent le dimanche suivant après avoir causé des dégâts considérables.

 

Les Tatars arrivèrent à Arzan ar-Roum tandis qu’al-Malik al-Mouzaffar Ghazi combattit les Khwarizmi.

 

L’émir Iqbal quitta Alep avec l’armée pour combattre les Khwarizmi avant de revenir.

 

L’assassinat du calife al-Moustansir Billah

 

Cette année, le calife al-Moustansir Billah Abou Ja’far al-Mansour Ibn ath-Thathir Bi-Amrillah Abou Nasr Muhammad Ibn an-Nassir Li-Dinillah Ahmad al-‘Abbassi, le commandeur des croyants, mourut à l’aube du vendredi 10 du mois de Joumadah Thani alors qu’il était âgé de de cinquante et un ans, quatre mois et sept jours. Son décès fut causé par une piqûre d’une lame empoisonnée. La durée de son califat fut de dix-sept ans, moins un mois. Il a aussi été rapporté qu’il mourut le 22 de ce même mois et que la durée de son règne fut de quinze ans, onze mois et cinq jours. Ce fut sous son règne que les Tatars lancèrent leur campagne pour s’emparer de Baghdad. Il fut aussi rapporté que son armée s’élevait à plus de cent mille hommes. Il fut succédé par son fils, al-Mousta’sim Billah Abou Ahmad ‘AbdAllah. Les responsables du gouvernement poussèrent ce dernier à ramasser de l’argent en diminuant considérablement les effectifs de l’armée, ce qu’il fit. Le calife fit alors la paix avec les Tatars en leur payant un immense tribut (Jizyah).

 

Cette même année, des pèlerins quittèrent Baghdad pour La Mecque après que le pèlerinage d’Irak fut interrompu durant sept années.

 

 

Les Tatars attaquent le Sultanat de Roum (Asie Mineure)

 

En l’an 641 de l’Hégire (1243), les Tatars attaquèrent l’Asie Mineure et soumirent le sultan Ghiyath ad-Din dont ils firent leur vassal et l’obligèrent à payer un tribut. Ils prirent aussi d’assaut les villes de Sivas et de que Qayssariyah et obligèrent le souverain de cette ville à leur payer tous les ans 400 000 dinars. Ghiyath ad-Din s’enfuit à Constantinople pour leur échapper et laissa la succession à son fils Rouqn-ad-Din qui était encore un enfant et qui ne tarda pas à être assassiné.

 

 

Les croisés reprennent Bayt al-Maqdis

 

Al-Malik an-Nassir Daoud et al-Malik as-Salih Isma’il envoyèrent des messagers aux croisés pour s’allier avec eux si ces derniers s’engageaient à les aider et à leur envoyer des renforts pour lutter contre al-Malik as-Salih Najm ad-Din et en échange les deux souverains leur remettraient Bayt al-Maqdis, Tibériade et Ascalon. Lorsque les croisés prirent possession de ses villes, ils rebâtirent les fortifications et les citadelles, déposèrent des flacons de vin sur la Roche de la Qoubbah as-Sakhrah à Jérusalem et accrochèrent des cloches dans al-Masdjid al-Aqsa.

Al-Malik as-Salih quitta alors le Caire et campa à Birkat al-Joubb ou il resta quelque temps puis, écrivit aux Khwarizmi pour leur demander de venir en Egypte pour combattre les Syriens ce qu’ils firent.

 

 

En l’an 642 de l’Hégire (1244), arriva à Damas une lettre de Badr ad-Din Lou’lou’, le souverain de Mossoul qui informait qu’il avait imposé à la population syrienne un impôt annuel pour subvenir aux frais de guerre contre les Tatars et qui était fixé à dix dirhems pour les riches, cinq dirhems pour les moins fortunés et un dirhem pour les pauvres.

 

 

De la reprise de Jérusalem par Houssam ad-Din Barakah Khan et les Khwarizmi

 

Cette même année, les Khwarizmi commandés par leurs émirs Houssam ad-Din Barakah Khan, Khan Birdi, Sarou Khan et Koushlou Khan franchirent l’Euphrate au nombre de plus de dix mille combattants.

Une partie de cette armée marcha sur la région de Baalbek et une autre celle de Ghoulah de Damas qu’elles ravagèrent et emmenèrent leurs habitants en captivité. Les habitants s’enfuirent devant eux tandis qu’al-Malik as-Salih Isma’il se retrancha dans Damas et réunit près de lui ses troupes qui étaient déjà arrivées de Gaza. Les Khwarizmi donnèrent l’assaut sur Jérusalem et passèrent par le fil de l’épée tous les croisés qui s’y trouvaient. Ils massacrèrent les hommes, prirent en captivité les femmes et les enfants.

Puis, ils marchèrent sur Gaza qu’ils assiégèrent et au mois de Safar, ils envoyèrent des messagers à al-Malik as-Salih Najm ad-Din pour l’informer de leur arrivée. Ce dernier leur ordonna de rester à Gaza, leur promit de leur donner la Syrie et donna des robes d’honneur aux messagers à qui il remit d’autres robes d’honneur, de l’argent et des chevaux.

Jamal ad-Din Aqoush an-Najibi et Jamal ad-Din Ibn Matrouh se rendirent chez les Khwarizmi tandis que le sultan envoya à Gaza, une armée sous le commandement de l’émir Rouqn ad-Din Baybars, un de ses plus proches Mamelouk qui était resté avec lui alors quand il avait été emprisonné à Karak. Des Qaymari (une autre tribu locale de Turcs) avaient rejoints les Khwarizmi et ensemble étaient venus des Provinces Orientales.

 

Views: 0