CROISADES

Des évènements historiques de l’an 629 à l’an 708 de l’Hégir

 

Les Tatars achevèrent la conquête de l’Arménie

 

En l’an 629 de l’Hégire (1232), les Tatars achevèrent la conquête de l’Arménie, du pays de Khilat et des terres de Khwarezm. Le calife fut terrifié par leurs avance et envoya plusieurs messagers dont l’un à al-Malik al-Ashraf pour lui demander de venir à son secours et les autres aux Arabes et d’autres encore pour leur demander de l’aide. Il dépensa de grandes sommes d’argent et il plaça des garnisons dans toutes les villes pour repousser l’invasion des Tatars.

Au mois de Joumadah Thani, après avoir laissé son fils al-Malik al-‘Adil Abou-Bakr comme son député, al-Malik al-Kamil quitta le Caire en compagnie d’as-Salih Ayyoub. Al-Malik al-Ashraf et al-Malik al-Mou’azzam, le souverain d’al-Jazirah, partirent en avant avec les troupes tandis qu’al-Kamil se rendit avec une légère escorte à Shawbak et à Karak d’où, il se rendit à Damas en compagnie d’an-Nassir-Daoud, le prince de Karak suivit par son armée.

Al-Kamil resta à Damas puis fit partir l’armée dont il donna le commandement à son fils al-Malik as-Salih Ayyoub.

Le sultan al-Malik al-Kamil an-Nassir ad-Din Muhammad fut alors informé que les Tatars étaient entré dans le territoire de Khilat. Il se hâta alors de se partir en campagne, et après avoir quitté Damas, il     campa à Salamiyyah ou les troupes s’étaient rassemblées bien que la ville ne puisse toutes les contenir.

Vers la fin du mois de Ramadan, il quitta la ville pour se diriger vers le désert de Syrie tandis que les troupes se dispersèrent sur divers chemins du fait de leur grand nombre et un grand nombre d’hommes et de bêtes moururent du manque d’eau.

 

Après avoir assiégés un certain nombre de jour la ville de Khilat, les Tatars levèrent le siège et se retirèrent. Al-Kamil fut informé de leur retrait alors qu’il était à Harran alors il envoya ‘Imad-ad-Din Ibn ash-Sheikh auprès du calife tandis qu’il partit lui-même pour ar-Rouha (Edesse) et l’armée vers Amid qu’il rejoignit et prit la ville après l’avoir assiégée le 26 du mois de Dzoul Hijjah.

 

La marche d’al-Malik al-Kamil sur le Sultanat de Roum

 

En l’an 631 de l’Hégire (1233), le sultan ‘Ala’ ad-Din Kaykoubad Ibn Kaykhousrou as-Salajiki, le souverain du Sultanat de Roum assiégea la ville de Khilat.

 

Al-Malik al-Kamil quitta le Caire avec son armée dans la nuit du samedi 5 du mois de Sha’ban après avoir laissé son fils al-Malik al-’Adil lieutenant sur la ville. Quand il arriva à Damas, il écrivit aux princes et ordonna de se préparer avec leurs armées pour attaquer le pays de Roum.

Au mois de Ramadan, le sultan quitta Damas pour Salamiyah ou il campa et organisa son armée avant de se rendre à Manbij. Il fut rejoint par l’armée d’Alep et d’autres troupes puis se remit en marche vers al-Bira ou il fit son camp qui contenait seize tentes royales pour les seize souverains qui l’accompagnaient, ou dix-huit selon d’autres. Il passa alors en revue ses troupes, régiment par régiment. En voyant ses troupes, il dit : « Jamais pareille armée ne s’est rassemblée autour d’un souverain de l’Islam. » Puis, il donna le signal du départ et les divers corps de son armée se rendirent les uns après les autres vers le Darband.

Le sultan ‘Ala’ ad-Din Kaykoubad se hâta de placer des escadrons sur les routes qui conduisaient dans sa région pour en interdire l’accès.

 

Al-Malik al-Kamil campa sur les rives d’an-Nahr-al-Azrak qui se trouvait à l’entrée du Sultanat de Roum tandis que les troupes de Kaykoubad campèrent dans l’espace qui se trouvait entre le fleuve et le Darband ou elles construisirent un mur à l’entrée du défilé (gorge) du Darband pour empêcher les troupes d’al-Kamil de pénétrer. Puis, les soldats de Kaykoubad combattirent les Égyptiens du haut de leurs retranchements et ces derniers furent dans l’impossibilité de s’emparer du Darband d’autant plus que les provisions vinrent à manquer dans l’armée d’al-Malik al-Kamil. Une querelle naquit alors dans leur rang et le sultan ordonna le retrait.

 

Au mois de Dzoul Qi’dah de cette même année, le souverain du Sultanat de Roum s’empara de la citadelle de Khartabirt et de six autres forteresses.

 

 

En l’an 632 de l’Hégire (1234), le sultan du Sultanat de Roum assiégea et prit ar-Rouha et Harran d’assaut avant de retourner dans son territoire prit en butin tout l’argent de ces villes. Quand al-Malik al-Kamil apprit la perte de ces deux places, il ordonna aux troupes de faire en toute hâte leurs préparatifs de départ et de marcher vers les Passes.

 

 

 

En l’an 633 de l’Hégire (1235), les Tatars marchèrent sur Mossoul et ravagèrent le pays.

 

La prise des Passes de Darband

 

Le sultan al-Kamil quitta le Caire et se rendit dans les Passes (provinces orientales) ou il assiégea Édesse qu’il prit le mercredi 13 du mois de Joumadah Awwal et fit plus de huit cents prisonniers entre les émirs et les soldats. Puis, il détruisit la citadelle et marcha sur Harran qu’il assiégea et prit après de violents combats, le 14 du mois de Rabi’ Thani et fit aussi prisonniers les troupes du sultan ‘Ala’ ad-Din Kaykoubad soit 725 hommes qui pour la plupart moururent sur les routes.

Le sultan al-Kamil marcha ensuite sur Dounayssir qu’il ruina quand il apprit que les Tatars étaient entrés dans le Sinjar au nombre de cent escadrons de cinq cents cavaliers.

Le 17 Joumadah Awwal, il prit la citadelle de Souwaydah par la force des armes qu’il rasa après avoir capturer toute la garnison. Il conquit ensuite Katina et prit aussi toute la garnison en captivité, le 19 du mois de Rajab puis, il fit envoyer en Egypte tous les prisonniers dont leur nombre s’élevait à plus de trois mille avant de retourner à Damas après avoir donné les territoires des Passes à son fils al-Malik as-Salih.

 

Cette année, Dounayssir ainsi qu’un grand nombre de villes appartenant au prince de Mardin furent détruites. Lorsqu’al-Kamil rentra à Damas, le souverain du Sultanat de Roum partit en campagne et assiégea Amid puis ravagea, le cinquième jour du mois de Dzoul Qi’dah, la ville de Dara.

 

Cette année aussi, les croisés, qu’Allah les maudisse, s’emparèrent de la ville de Cordoue en Andalousie.

 

Cette même année, al-Malik al-Mansour ‘Omar Ibn ‘Ali Ibn Rassoul, le souverain du Yémen, envoya à la Mecque une armée sous le commandement de Shihab ad-Din Ibn ‘Aydab et lui confia un trésor de guerre. Les Égyptiens le prirent, le firent prisonnier et l’envoyèrent enchainé au Caire.

 

Toujours cette année, une épidémie dévasta l’Egypte durant trois mois et un nombre considérable de gens moururent au Caire et à Misr (Foustat). Douze mille morts furent comptés rien que dans ces villes sans compter les personnes qui moururent dans les campagnes.

 

 

 

En l’an 634 de l’Hégire (1236), les Tatars s’emparèrent d’Irbil et tuèrent ou capturèrent toute la population. Ils massacrèrent tellement de gens que la ville fut remplie de cadavres puis ils se retirèrent.

 

Al-Malik as-Salih-Najm ad-Din Ayyoub Ibn al-Malik al-Kamil, le prince de Hisn Kayfa, envoya un messager à son père pour lui demander la permission d’engager les Khawarizmi qui s’étaient révolté contre le sultan du Sultanat de Roum. Le sultan le lui accorda et as-Salih les prit à son service dans al-Jazirah ce qui augmenta considérablement ses forces.

 

Cette année, l’épidémie fut encore plus sévère que l’année précédente.

 

Cette même année, al-Malik al-Kamil reçut un ambassadeur que lui avaient envoyé les ayyoubides de Syrie; ce personnage apprit au sultan que les princes l’avaient chargé de lui dire : « Nous avons tous fait alliance ensemble contre loi. Ne sors pas d’Egypte pour venir en Syrie et jure nous de ne point le faire. »

 

L’envoyé du calife arrive en Egypte

 

En l’an 635 de l’Hégire (1237), un messager du calife vint trouver le sultan d’Egypte al-Malik al-Kamil et lui demanda de lui envoyer une armée parce qu’il avait appris que les Tatars marchaient sur Baghdad. Al-Malik al-Kamil se leva quand le messager lui remit la lettre du calife, qu’il plaça sur sa tête, ainsi que la somme de cent mille dinars égyptiens.

Le sultan ordonna de prendre deux cent mille dinars du trésor public et d’équiper une armée avec cet argent puis d’envoyer un détachement dix mille hommes des armées d’Egypte et de Syrie au secours du calife. Le commandement de cette armée fut donnée à al-Malik an-Nassir Daoud. Le sultan défendit d’utiliser l’argent du calife et le lui fit renvoyer. Il chargea les émirs Rouqn ad-Din al-Hijawi et ‘Imad ad-Din Ibn Moushaq de recruter les troupes et ordonna à an-Nassir Daoud de se mettre sous les ordres du calife. Quand l’armée qui comptait environ trois mille cavaliers fut prête, elle marcha vers Baghdad.

 

Cette année, les Tatars attaquèrent Baghdad. Le calife envoya contre eux une armée et la plupart des Tatars furent tués tandis que le reste prit la fuite.

 

Views: 0