CROISADES

Compte de l’incursion des croisés en Syrie et de leur reconstruction de Sidon

 

Cette année, de nombreux croisés, qu’Allah les maudisse, vinrent de leurs terres à l’ouest de la Sicile et des pays au-delà, dans leurs possessions en Syrie, Acre, Tyr et d’autres endroits sur la côte syrienne, et un nombre infini d’entre eux se rassembla. Avant qu’ils arrivent, une autre armée les avaient précédés sauf qu’ils avaient été incapables de prendre une quelconque initiative ou d’engager une quelconque activité militaire du fait que leur chef, qui était leur commandant, était le roi des Allemands et qui avait pour titre empereur et aussi parce qu’al-Mou’azzam était encore en vie et qu’il était déterminé, courageux et audacieux. Lorsqu’al-Mou’azzam mourut, comme nous l’avons rapporté et que son fils lui succéda et gouverna Damas, les croisés devinrent ambitieux et émergèrent d’Acre, de Tyr, de Beyrouth et se rendirent à Sidon. Ils parvinrent à un arrangement avec les Musulmans pour partager équitablement les revenus de Sidon dont le mur de la ville était en ruines. Ils reconstruisirent celui-ci et prirent le contrôle de celle-ci.

Ils furent capables d’entreprendre ces travaux parce que les forteresses voisines, Tibnin, Hanin et d’autres avaient été détruites et nous avons déjà mentionné tout cela de manière complète. La capacité offensive des croisés se renforca et leurs ambitions grandirent.

Sur son chemin, l’empereur des Allemands prit le contrôle de l’île de Chypre et devint son souverain avant de partir pour Acre. Les Musulmans devinrent plein d’appréhension mais Allah Tout Puissant va le frustrer et aider les Musulmans à travers Muhammad (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) et sa famille et en temps voulu, leur souverain l’empereur arriva en Syrie.

 

Comment Jalal ad-Din pilla les terres d’Arménie

 

Au cours de cette année, Jalal ad-Din Shah Khwarizm arriva dans la région de Khilat qu’il traversa pour se rendre dans le désert de Moush et à Jabal Jour qu’il ravagea en saisissant les femmes, en asservissant les enfants et en tuant les hommes. Il détruisit les villages et ensuite retourna dans son pays.

Quand les nouvelles qu’il avait dépassé Khilat et Jour et qu’il s’était rapproché, atteignirent les terres d’al-Jazirah, Harran, Sarouj et autres lieux, la population craignit qu’il ne vienne à eux parce que la saison était l’hiver et qu’il le passerait certainement à al-Jazirah ou le froid était supportable. Ils pensèrent donc à quitter leurs maisons pour la Syrie.

Certains des habitants de Sarouj avaient déjà atteint Manbij en Syrie quand ils reçurent des nouvelles qu’il avait pillé la région et qu’il s’était retiré et ils restèrent donc où ils étaient. La raison du retour de Jalal ad-Din est due au fait que beaucoup de neige est tombée autour de Khilat et que rien de similaire n’avait eu lieu auparavant c’est pourquoi, il s’était retiré en hâte.

 

 

Cette année aussi, dans l’ensemble d’al-Jazirah, des prix restèrent bas. Les récoltes de blé et d’orge furent excellentes. Néanmoins, les prix bas n’atteignaient pas ce qu’ils avaient été avant la famine. Le blé fut vendu cinq Makkouk pour un dinar et l’orge dix-sept Makkouk de la norme de Mossoul pour un dinar.

 

 

De la remise de Jérusalem aux croisés

 

Le 1 du mois de Rabi’ Thani de l’année 626 de l’Hégire (1228), les croisés reprirent Jérusalem par traité. Qu’Allah la rétablisse rapidement à l’Islam ! Ceci eut lieu à cause de ce que nous avons mentionné lors de l’année 625 de l’Hégire (1227), à savoir l’arrivée par la mer de l’empereur, le souverain des croisés, des territoires francs sur la côte syrienne. Ses troupes qui l’avaient précédé prirent résidence sur la côte et provoquèrent la ruine des territoires musulmans proches d’eux. Une partie de la population musulmane qui habitaient dans les montagnes près de la ville de Tyr allèrent voir les croisés de cette ville, leur offrirent leur soumission et les rejoignirent. Les croisés s’enhardirent également suite à la mort d’al-Mou’azzam ‘Issa Ibn al-‘Adil, le seigneur de Damas.

Quand l’empereur arriva sur la côte, il résida à Acre. Al-Kamil Ibn al-‘Adil, le seigneur d’Egypte marcha de l’Egypte vers la Syrie après la mort de son frère al-Mou’azzam et campa à Tall al-‘Ajoul, projetant de prendre Damas à an-Nassir Daoud, le fils de son frère al-Mou’azzam qui y régnait à cette époque. Quand Daoud apprit que son oncle al-Kamil avait l’intention de l’attaquer, il envoya un messager à son oncle al-Ashraf, le seigneur d’al-Jazirah, pour lui demander son soutien militaire et de l’aide pour le défendre contre son (autre) oncle. Al-Ashraf vint à Damas puis, il y eut un échange d’envoyés entre lui et son frère al-Kamil pour parler de paix et tous les deux conclure un agrément. Al-Ashraf se déplaça alors pour aller à la rencontre d’al-Kamil.

Après leur rencontre, des envoyés firent la navette en de nombreuses occasions entre eux et l’empereur, le souverain des croisés et un traité fut conclu selon lequel ils céderaient Jérusalem ainsi que d’autres régions avoisinantes et que le reste des terres comme Hébron, Nablous, la vallée du Jourdain, Tibériade etc., resteraient aux mains des Musulmans. Seules Jérusalem et les endroits qui avaient été spécifiés seraient cédés aux croisés. Les fortifications de Jérusalem avait été préalablement rasées par al-Mou’azzam, comme nous l’avons mentionné. Là-dessus, les croisés prirent Jérusalem et les Musulmans furent outragés et pensèrent que c’était une chose monstrueuse et ils ressentirent alors une faiblesse et une douleur au-delà de toute description. Qu’Allah Exalté facilite sa conquête et sa restauration aux mains aux Musulmans par Sa grâce et Sa faveur. Amin.

 

 

Vers la fin de cette même année, les croisés, qu’Allah les maudisse, attaquèrent le fort de Barin en Syrie. Ils pillèrent la ville et ses dépendances, faisant prisonniers les femmes et les hommes et parmi lesquels se trouvait un grand corps de Turcomans qui furent tous capturés. Seuls quelques rares fugitifs s’échappèrent et Allah est Plus Savant !

 

Views: 0