CROISADES

Compte de la prise de l’Azerbaïdjan par Jalal ad-Din

 

Au cours de cette année, Jalal ad-Din prit le contrôle de l’Azerbaïdjan ainsi : Quand il quitta Daqouqah, comme nous l’avons mentionné, il procéda pour Maraghah qu’il saisit et en fit sa résidence. Il entreprit la restauration de la ville et la trouva à son goût. Quand il arriva là-bas, des nouvelles lui parvinrent que l’émir Ighan Ta’issi, l’oncle maternel de son frère Ghiyath ad-Din, avait attaqué Hamadan deux jours avant son arrivée.

Ighan Ta’issi avait réuni une grande armée de 5 000 cavaliers et pillé beaucoup de places en Azerbaïdjan. Il voyagea jusqu’à la mer Caspienne à partir d’Arran et passa l’hiver dans la place parce qu’il faisait moins froid. Quand il revint à Hamadan, il pilla l’Azerbaïdjan une seconde fois.

La raison de son expédition à Hamadan est que le calife an-Nassir Li-Dinillah avait pris contact avec lui et lui avait ordonné de l’attaquer et la lui avait assigné ainsi que d’autres endroits comme fief. Il se mit donc à prendre le contrôle de ces terres comme il lui avait été ordonné. Quand Jalal ad-Din entendit parler de cela, il partit avec une force légèrement équipée qui arriva à Ighan Ta’issi la nuit. Lorsque ce dernier eut fait son camp, il plaça ses troupes autour de tout ce qu’il avait pillé d’Azerbaïdjan et d’Arran, des chevaux, des mulets, des ânes, des vaches et des moutons.

Quand Jalal ad-Din arriva, il encercla tout et dans la matinée, lorsque les soldats d’Ighan Ta’issi virent les troupes et le parasol qui était tenu au-dessus de la tête du sultan, ils réalisèrent que c’était Jalal ad-Din et furent consternés parce qu’ils imaginaient qu’il était à Daqouqah. Ighan Ta’issi envoya sa femme, la sœur de Jalal ad-Din, pour demander des garanties pour lui qui lui furent octroyées et il fut amené devant Jalal ad-Din. Son armée s’incorpora dans celle de Jalal ad-Din, laissant Ighan Ta’issi sans partisans jusqu’à ce que Jalal ad-Din lui en attribue une autre mais qui n’était pas la sienne (originale). Il retourna ensuite à Maraghah et fut satisfait d’y résider.

Ouzbak Ibn Bahlawan le seigneur d’Azerbaïdjan et d’Arran avait quitté Tabriz pour Ganja par crainte de Jalal ad-Din. Ce dernier envoya un messager aux gouverneurs, émirs et chefs de Tabriz pour leur demander d’accueillir ses troupes afin qu’elles puissent faire le plein de provisions. Ils permirent cela et se montrèrent obéissants envers lui si bien que ses troupes entrèrent dans la ville, achetèrent et vendirent des produits alimentaires, des vêtements et d’autres choses similaires mais ils prirent les biens des gens. L’un d’entre eux prenait quelque chose et donnait le prix qu’il voulait. Certains des habitants de Tabriz se plaignirent d’eux à Jalal ad-Din qui envoya un préfet avec eux et lui ordonna de rester à Tabriz et de retenir ses soldats et quiconque d’entre eux qui oserait maltraiter quelqu’un devrait être crucifié. Le préfet établit sa résidence et les soldats arrêtèrent de maltraiter les personnes.

 

Compte de la défaite des Géorgiens devant Jalal ad-Din

 

Nous avons précédemment mentionné ce que les Géorgiens firent dans les terres d’Islam pendant de longues années, à Khilat, en Azerbaïdjan, Arran, Erzurum et Darband Shirwan, les états limitrophes de leurs terres et comment, ils répandirent le sang musulman, pillèrent leurs biens et saisirent leurs terres, humiliant et déshonorant les Musulmans de ces régions. Chaque jour, les Géorgiens les razziaient, les massacraient et leurs imposaient ce qu’ils voulaient comme tributs. Chaque fois que nous avons entendu leurs méfaits, nous et les Musulmans, avons imploré Allah Tout Puissant, d’attribuer à ces derniers     ainsi qu’à l’Islam quelqu’un pour les défendre et les aider et de se venger d’eux car Ouzbak, le seigneur d’Azerbaïdjan, était consacrée au seul plaisir de son estomac et de ses parties intimes et il avait l’habitude de ne jamais dégriser et s’il le faisait, c’était pour parier sur des œufs.

Il est inconcevable qu’un prince puisse agir ainsi sans être remit sur le droit chemin pour le bénéfice de l’intérêt public, de n’être pas outragé de voir que ses terres sont saisies, que ses troupes sont avares et ses sujets présomptueux. Tous ceux qui voulurent monter un groupe et prendre le contrôle d’une partie du pays le firent comme nous l’avons mentionné dans les cas de Boughdi, d’Aybak ash-Shami et d’Ighan Ta’issi. Allah Tout Puissant regardait les pauvres gens de ces terres avec un œil miséricordieux, si bien qu’Il eut pitié d’eux et leur envoya ce Jalal ad-Din qui traita les Géorgiens comme vous allez le voir et prit sa revanche sur eux pour l’Islam et les Musulmans.

 

Durant le mois de Sha’ban de cette année, il y eut une bataille entre Jalal ad-Din Ibn Khwarizm Shah et les Géorgiens.

Depuis que Jalal ad-Din arriva dans ces régions, il ne cessa de dire : « Je veux envahir les Géorgiens, les combattre et prendre leurs terres. » Après avoir conquis l’Azerbaïdjan, il leur envoya une lettre de déclaration de guerre. Leur réponse fut : « Nous avons été attaqués par les Tatars qui firent à Ouzbak ce que vous n’ignorez pas et il a un large royaume, une armée plus nombreuse que la vôtre et une volonté plus forte. Ils prirent également vos terres et nous ne nous sommes pas inquiétés à leur sujet et la meilleure des choses qu’ils pouvaient espérer était de s’éloigner de nous en toute sécurité. » Ils commencèrent alors à rassembler des troupes et réunirent plus de 70 000 guerriers. Jalal ad-Din marcha contre eux et prit la ville de Daflin qui était tenue par les Géorgiens après qu’ils l’eurent prise aux Musulmans comme nous l’avons rapporté. Il marcha sur eux et les affronta dans une très rude bataille ou les deux parties restèrent fermes mais finalement les Géorgiens s’enfuirent.

L’ordre fut donné de tous les tuer sur toutes les routes et qu’aucun d’entre eux ne devait être épargné. Nous nous avons constaté que 20 000 d’entre eux furent tués. Certains rapportent plus que cela et d’autres que tous les Géorgiens furent tués. Ils furent dispersés et beaucoup de leurs notables furent pris dont Shalwa. Leur déroute fut complète. Iwan fuit le champ de bataille, Iwan le commandant de tous les Géorgiens, l’homme qu’ils appelaient et invoquaient. Ils n’avaient pas de roi mais une femme qui les gouvernait. Le Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) a dit vrai quand il dit : « Aucun peuple ne prospéra s’il a une femme qui règne sur eux. »

Quand Iwan s’enfuit, les poursuivants se lancèrent à sa poursuite mais il se réfugia dans un de leurs forts qui était sur la route qu’il suivait. Jalal ad-Din posta quelques hommes pour les assiéger et de les empêcher de partir puis, il envoya à travers les terres géorgiennes, des escadrons pour piller, tuer, faire des prisonniers et ruiner le pays. N’était-ce les nouvelles de Tabriz qui nécessitaient son retour, il aurait pris le pays sans fatigue ou difficulté car les habitants furent détruits, soit tués, prisonniers ou réfugiés.

 

 

Cette année, à la veille du dimanche 20 Safar, il y eut un tremblement de terre de force moyenne à Mossoul, al-Jazirah, en Irak et ailleurs.

 

Cette année aussi, la famine à Mossoul et dans l’ensemble d’al-Jazirah s’intensifia. Les gens mangèrent des charognes, des chiens et des chats qui se raréfièrent bien qu’ils aient été très nombreux. Un jour, j’entrais dans ma maison et vit les servantes découper de la viande pour la cuisson. Je fus frappé par le nombre de chats que je vis. Je les ai donc comptés et il y avait douze. De même, au cours de cette famine, je vis de la viande dans la maison sans personne à proximité pour la garder contre les chats parce qu’il n’y en avait plus. Et pas beaucoup de temps se s’écoula entre ces deux rapports.

 

Avec la nourriture tous les prix augmentèrent. Un Ratl d’huile de sésame fut vendu pour deux Qirats après avoir été un demi-Qirat avant la famine. Avant cela, soixante Ratl coutaient un dinar. Il fut remarquable que les poirées (blettes), les carottes et les navets furent vendus à cinq Ratl pour un dirham et les violettes à un dirham pour six Ratl et parfois sept Ratl pour un dirham. Ce fut quelque chose d’incroyable.

Dans les temps anciens et récents, il arriva que lorsque les prix augmentèrent et que les pluies arrivèrent, les prix baissèrent mais pas cette année. Les pluies furent incessantes depuis le début de l’hiver jusqu’à la fin du printemps et plus il pleuvait, plus les prix étaient élevés. Ce fut aussi quelque chose de jamais vu. Le blé atteignit un dinar pour un Ratl et un Qirat pour un Makkouk et un tiers soit le poids de quarante-cinq Ratl de de farine dans les mesures de Baghdad. Le sel fut à un dirham le Makkouk puis monta à dix dirhams. Le riz couta douze dirhams par Makkouk et passa à cinquante. Les dattes étaient à un Qirat pour quatre ou cinq Ratl et devinrent deux Ratl pour le même prix.

Aussi étonnant fut le rapport que le sucre brun qui coutait un dirham et un quart pour chaque Ratl et le pur sucre blanc égyptien était à deux dirhams un Ratl. Le sucre brun passa à trois dirhams et demi pour un Ratl et le sucre blanc trois dirhems et un quart pour chaque Ratl. La raison est due au fait de l’augmentation des maladies et que cela devint une grave épidémie. Les femmes disaient : « Ces maladies sont « froides » tandis que le sucre brun est « chaud, » il est donc efficace contre eux. Le (sucre) blanc est « froid et les aggrave ». Les médecins les suivirent pour tranquilliser leurs esprits et aussi en raison de leur propre ignorance. Le prix du sucre brun augmentât pour cette raison, causée par l’extrême ignorance.

 

Les choses continuèrent ainsi jusqu’au début du printemps ou l’épidémie s’intensifia alors. Les maladies se propagèrent et un grand nombre de personnes moururent. Plusieurs cadavres furent transportés sur une civière. Parmi les décédés fut notre professeur, ‘Abdel-Mouhsin Ibn ‘AbdAllah, l’Imam de Tous qui l’était aussi à Mossoul. Il était l’un des plus pieux Musulmans et il était alors âgé de 83 années et quelques mois.

 

 

Cette année aussi, il y eut une éclipse de la lune le mardi 15 Safar à l’aube.

 

De même au cours de cette année, l’émir des pèlerins irakiens, Houssam ad-Din Abou Firas al-Hilli al-Kourdi al-Warrami s’enfuit. Il était le neveu de Sheikh Warram et son oncle fut l’un des plus pieux et vertueux musulman, un habitant d’al-Hillah as-Safiyah. Il abandonna les pèlerins entre La Mecque et Médine et se rendit en Egypte. Un de ses amis m’a dit qu’il fut amené à fuir en raison de la grande quantité des dépenses sur la route et le soutien réduit du calife. Ils ne furent perturbés par aucun évènement sur le chemin et ils arrivèrent sains et saufs bien que de nombreux chameaux périrent car ils furent affectés par de grandes tumeurs et seuls quelques-uns survécurent.

 

Durant le mois d’Ab (août), il y eut de fortes pluies, le tonnerre et la foudre qui se poursuivirent jusqu’à ce que les oueds débordent et les routes se transforment en boue. Des nouvelles similaires arrivèrent d’Irak, de Syrie, d’al-Jazirah et de Diyar Bakr. Personne n’arriva à Mossoul sans signaler des pluies similaires à cette date.

 

Toujours cette année en hiver, il y avait aussi beaucoup de neige. Je suis venu pour rester en Irak et j’entendis qu’elle tomba dans tout le pays même à Bassora. En ce qui concerne Wassit, il n’y a aucun doute sur la neige mais en ce qui concerne Bassora, les rapports qu’elle était tombée ne furent pas nombreux.

 

Au mois de Dzoul Hijjah, Jalal ad-Din Ibn Khwarizm Shah marcha de Tabriz au pays des Géorgiens avec l’intention de s’emparer de leurs terres et de les détruire. L’année prit fin sans que nous ayons été informés s’il avait obtenu quelque chose avec eux. Nous allons raconter ce qu’il fit avec eux dans l’année 623 de l’Hégire (1226), si Allah Exalté le veut.

 

Le 3 Shoubat (février), la neige tomba à Baghdad et l’eau devint extrêmement froide. Le froid fut si intense qu’il causa la mort d’un certain nombre de pauvres.

 

Au cours du mois de Rabi’ Awwal, le Tigre monta à un très haut niveau et les gens très craintifs s’affairèrent à réparer la digue Qouraj. L’inondation reprit presque son haut niveau initial avant de se retirer et le peuple se réjouit.

 

Views: 0