CROISADES

Les crimes portant atteinte à la sécurité de l’Etat à l’intérieur du territoire

 

Les principaux crimes portant atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat sont : les tentatives de renverser par la force le système de gouvernement; le sabotage des édifices publics; la corruption etc. Les crimes les plus importants, à savoir : la sédition et l’apostasie. »

(Fin de citation et de chapitre)

 

 

 

 

[1] Abou Youssouf : Al-Kharaj, p. 190. Cela comporte aussi la fuite des capitaux vers l’étranger. Voir al-Fatawi al-Qamiliya p. 251. « Ceux qui, d’entre les ennemis, rejoignent les troupes de Musulmans et luttent à leurs côtés tout en aidant leurs ennemis ou leur communiquant des renseignements ou des documents, ceux-là suivront le sort des apostats. S’ils sont démasqués, ils devront être exécutés. »

[2] Ibn al-‘Arabi: Ahkam al-Qur’an p. 249.

[3] La Sourate al-Moumtahanah (l’Eprouvée) fut révélée en cette circonstance. Elle fut révélée à la suite de ce qui advint de la part de Hatib Ibn Abou Balta’ah un des soldats de l’Islam, lorsqu’une pauvre femme du nom de Sarab vint solliciter une pension, lorsqu’elle voulut retourner à la Mecque, Hatib lui donna dix dinars prix d’un message qu’elle devait remettre aux impies de Qouraysh. On y lisait ce qui suit : « De Hatib aux gens de la Mecque. Le Messager d’Allah (Salut et Bénédictions d’Allah sur lui) désire vous attaquer. Soyez sur vos gardes. » L’Ange Gabriel (‘aleyhi salam) informa le Prophète (Salut et Bénédictions d’Allah sur lui) de ce fait. Il dépêcha alors ‘Ali, ‘Omar et une troupe de Musulmans (qu’Allah soit satisfait d’eux) pour se saisir de ce message avant qu’il ne parvienne à destination. Lorsqu’ils eurent rejoint la femme, et qu’ils se furent emparés du message, le Prophète (Salut et Bénédictions d’Allah sur lui) demanda à Hatib ce qui l’avait poussé à faire cela. Hatib répondit : « O Prophète, je n’ai point abjuré Qouraysh depuis ma conversion. Mais j’étais un étranger à Qouraysh et j’ai des parents qui y vivent, j’ai       donc craint les représailles que l’on pourrait exercer sur eux. D’autres ont des parents puissants qui protègent les leurs. J’ai voulu apporter à Qouraysh une aide afin de protéger les miens. » Le Prophète (Salut et Bénédictions d’Allah sur lui) le crut et accepta son repentir car il était de ceux qui étaient présent à Badr. » Sheikh ‘Abdel-Jalil ‘Issa : Tayssir at-Tafsir p. 734.

[4] Ibn Al-‘Arabi 249/II. L’espion est cité sous le nom de ‘Ayn » ou œil, car c’est cet organe qui lui permet de remplir cette mission criminelle.

[5] Dans al-Mouhadhab 242/11, on relève ce qui suit « Si un Musulman espionne dans l’intérêt des impies, il ne sera pas mis à mort, conformément à ce que cite ‘Ali : « Le Prophète (Salut et Bénédictions d’Allah sur lui) nous dépêcha, moi ad-Doubayr et al-Qaddad et nous dit: « Allez jusqu’à la Vallée de Khakh. Vous y trouverez une femme porteuse d’un message. Emparez-vous-en. » Nous nous rendîmes à la Vallée et trouvâmes cette personne et lui réclamâmes le message. Elle nous le remit et nous le portâmes au Prophète (Salut et Bénédictions d’Allah sur lui) qui sut ainsi que Hatib Ibn Abou Balta’ah s’adressait à des gens de la Mecque, les informant de certains détails concernant le Prophète (Salut et Bénédictions d’Allah sur lui). Il lui dit donc : « O Hatib, qu’est cela ? » Celui-ci répondit : « Ne hâte pas ma fin. J’étais leur allié. J’ai voulu avoir chez eux un certain crédit pour protéger les miens. Je n’ai point apostasié. » « Il dit la vérité, » déclara le Prophète (Salut et Bénédictions d’Allah sur lui) mais Omar intervint : « O Apôtre d’Allah, permets-moi de trancher la tête à cet hypocrite. » Le Prophète (Salut et Bénédictions d’Allah sur lui) répondit : « Il a participé à la bataille de Badr ». Soufyan Ibn Ayyinah, récita alors ces versets : « Ô vous qui avez cru ! Ne prenez pas pour alliés Mon ennemi et le vôtre, leur offrant l’amitié, alors qu’ils ont nié ce qui vous est parvenu de la vérité. Ils expulsent le Messager et vous-mêmes parce que vous croyez en Allah, votre Seigneur. Si vous êtes sortis pour lutter dans Mon chemin et pour rechercher Mon agrément, leur témoignerez-vous secrètement de l’amitié, alors que Je connais parfaitement ce que vous cachez et ce que vous divulguez ? Et quiconque d’entre vous le fait s’égare de la droiture du sentier. » (Qur’an 60/1)

[6] Ash-Shoukani : Nayl al-Awtar 7/VIII et 211/VII. Salma Ibn Abi­‘Akwa’ rapporte ce qui suit : « On amena devant le Prophète (Salut et Bénédictions d’Allah sur lui) un espion (‘ayn) alors qu’il était en voyage. Ce dernier, peu après s’esquiva. Le Prophète (Salut et Bénédictions d’Allah sur lui) ordonna alors de le poursuivre et de le tuer. (Cité par Ahmad, al-Boukhari et Abou Daoud). En ce qui concerne Farrat Ibn Habbane, le Prophète (Salut et Bénédictions d’Allah sur lui) ordonna de le mettre à mort. C’était un Dhimmi qui espionnait pour Abou Soufyan. Il était allié à un des partisans du Prophète (Salut et Bénédictions d’Allah sur lui). Passant près d’un groupe, il dit : « Je suis Musulman. » Le Prophète (Salut et Bénédictions d’Allah sur lui) déclara alors que parmi ses suivants, un homme respecté pour sa foi était Farrat Ibn Habbane (cité par Ahmad, Abou Daoud, sous la rubrique de l’espion Dhimmi. L’anecdote relative à Farrat démontre que l’on peut tuer l’espion Dhimmi. Les Hadawiyah jugent que l’espion des infidèles doit être mis à mort s’il a déjà combattu ou s’il a déjà été cause d’un combat. Si cela n’a pas eu lieu, il doit être mis en prison.

[7] Cela se déduit aussi de Tabsirat al-Houkkam 138/II. On peut mettre à mort un homme qui réclame l’Amân, que si ce dernier est un espion. Sahnoun considère que le Musulman qui communique des informations à l’ennemi doit être mis à mort. Pas de rançon payée à ses héritiers, comme c’est le cas du combattant. Certains soutiennent qu’il doit être flagellé, emprisonné, exclu de son travail. D’autres veulent qu’il soit exécuté, à moins que son ignorance soit prouvée. D’autres enfin voudraient voir l’application de la peine de mort en cas de récidive habituelle. Autrement, d’après eux, la flagellation et la torture suffisent.

 

 

Bouclier de Siège

Views: 0