SHAM

Foutouh SHAM

Le rêve de Khalid 

 

Dirar a dit :

Je vis la couleur du visage de Khalid (qu’Allah soit satisfait de lui) changer et sachant bien qu’il n’était pas effrayé, je lui demandais : « O commandant, qu’est-ce qui t’effraie ? » il me dit :

– « O Dirar, par Allah ! Je ne crains pas la mort ni d’être tué. Ce que je crains c’est que les Musulmans ai à souffrir à cause de moi car j’ai fais un rêve effrayant avant la conquête de Damas et attends son interprétation. J’espère qu’Allah nous accordera du bien et la victoire sur l’ennemi ».

– « Du bien ! Si Allah veut, Je ne vois que du bien! Qu’as-tu donc vu ? »

– « Je nous ai vus voyager dans une terre stérile quand nous rencontrâmes un troupeau d’ânes sauvages avec des gros corps mais des petites pattes. Nos lances ne pouvaient pas les blesser et ils n’étaient pas inquiétés par nos sabres qui les frappaient et les blessaient malgré nos grands efforts et ceux de nos chevaux. J’ai divisé alors mes hommes pour les attaquer de tous les côtés mais ils se dérobèrent, empruntèrent les défilés montagneux et arrivèrent dans des vallées fertiles. Nous en attrapâmes seulement quelques-uns et tandis que nous les rôtissions, les autres sont revenus nous attaquer. Je les regardais quand une voix sortit du défilé appelant les Musulmans : « Montez vos chevaux et allez à leur poursuite. Puisse Allah vous bénir ».

Nous sommes donc montés et les chassèrent jusqu’à ce que j’eus attrapé un grand âne et l’ai tué. Les Musulmans les chassèrent et les tuèrent jusqu’à ce que seulement quelques-uns soient laissés. Je fus transporté de joie et désirais retourner avec les Musulmans dans notre patrie quand j’ai chuté de mon cheval et mon turban tomba de ma tête. Je voulus le ramasser mais me suis réveillé effrayé. L’un d’entre vous peut-il l’interpréter ? Je pense qu’il s’agit de notre situation actuelle.

Tout le monde le prit pour un mauvais présage et Khalid (qu’Allah soit satisfait de lui) projeta de revenir quand ‘AbderRahmane Ibn Abi Bakr dit : « Les ânes sont les Romains que nous chassons. La chute de ton cheval est ton déclin d’une position élevée. Comme les turbans sont les couronnes pour les arabes, la chute de ton turban correspond à un diminution de statut ».

Khalid dit : « Si c’est l’interprétation alors je demande à Allah que cela soit quelque chose concernant ce monde et non pas l’au-delà ! »

Khalid avec le guide devant, traversa la montagne. Nous espérèrent capturer les Romains le lendemain matin suivant et cette nuit, il plut comme si l’eau était versée d’outres. Par la miséricorde[2] d’Allah, la pluie empêcha les Romains de voyager ».

 

Rawh Ibn Tarif a dit :

« Nous voyageâmes quand la pluie tomba sur nous la nuit entière comme si elle était versée d’outres. Au lever du soleil, Younous dit : « O commandant ! Arrêtons-nous ici jusqu’à ce que je les trouve. Ils sont indubitablement près de nous car j’ai entendu leur cri ».

Khalid (qu’Allah soit satisfait de lui) demanda : « Les as-tu vraiment entendus, O Younous ? »

– « Oui, autorise-moi d’y aller et de ramener des informations sur eux ».

Khalid se tourna vers al-Moufrit Ibn Ja’dah et lui dit : « Va avec Younous et méfiez-vous qu’ils ne vous découvrent pas ».

– « J’entends et j’obéis à Allah puis à toi ».

Ils partirent et grimpèrent la montagne al-Abrash que les Romains appellent la Montagne Froide ».

 

Al-Moufrit a dit :

Quand nous atteignîmes le sommet, nous vîmes une grande et luxuriante prairie. Les Romains avaient été pris par la pluie et leurs bagages étaient trempés. Le soleil était encore couvert et ils craignaient qu’ils ne soient endommagés. Ils avaient étendu le brocart dans la prairie pour qu’il sèche et la plupart d’entre eux dormaient suite aux difficultés du voyage, de la fatigue et de la pluie. Quand je les vis, je fus heureux et retournais à Khalid (qu’Allah soit satisfait de lui) laissant derrière moi Younous. Quand il me vit seul il se dépêché vers moi pensant que Younous avait été capturé et il me dit : « Qu’y a-t-il derrière toi ? Dis-le-moi rapidement ? »

Je lui répondis : « Des bonnes nouvelles ô commandant! Ils sont derrière la montagne, trempés par la précédente pluie. Ils se reposent au soleil et ont dispersé leurs marchandises ».

– « Puisse Allah te bénir, lui répondit Khalid ».

Je perçu dans son visage une grande joie irrésistible et soudain Younous arriva et dit : « Heureuses nouvelles ô commandant ! Ils sont satisfaits, mais s’il te plaît ordonnent à tes hommes que quiconque rencontre ma femme devra la garder, je ne veux rien du butin excepté elle ».

Khalid lui dit : « Elle sera tienne si Allah veut ».

Khalid divisa alors ses hommes en quatre divisions de mille hommes. Une sous le commandement de Dirar, une sous celui de Rafi’ Ibn ‘Oumayrah, une sous celui de ‘AbderRahmane Ibn Abi Bakr et un sous lui-même.

Khalid leur dit : « Allez avec les bénédictions d’Allah, évitez d’y aller ensemble que chaque groupe arrive séparément ».

Dirar devait attaquer en premier les Romains suivit par Rafi’ Ibn ‘Oumayrah, puis par ‘AbderRahmane et enfin Khalid (qu’Allah soit satisfait de lui) ».

 

‘Oubayd Ibn Sa’id a dit :

« Par Allah! Nous étions hypnotisés par le beau paysage quand Khalid (qu’Allah soit satisfait de lui) nous dit : « Occupez-vous des ennemis d’Allah. Laissez de côté le butin et la prairie car Allah veut, seront bientôt votre ». Quand les Romains virent les cavaliers musulmans arriver, ils se dépêchèrent d’attraper leurs armes, montèrent leurs chevaux et se dirent les uns aux autres : « Ce ne sont que quelques chevaux que le Christ vous a apporté comme butin, attrapez-les ».

Donc ils allèrent en avant pensant qu’ils n’avaient affaire qu’à un petit groupe de personnes quand Dirar émergea avec ses milles cavaliers suivit peu après de Rafi’ Ibn ‘Oumayrah puis de ‘AbderRahmane. Chaque escadron se déploya et encercla visant un groupe particulier de Romains sous les cris « Il n’y a aucune divinité excepté Allah et Muhammad est le Messager d’Allah ! »

Les chevaux descendirent comme un torrent.

Herbius appela ses hommes et leur dit : « Défendez-vous avec ce que vous avez été bénis. Ils ne quitteront jamais cette place ».

Un groupe alla avec lui tandis qu’un autre groupe de cinq cent cavaliers sous la direction de Thomas portant une croix d’or incrusté de pierres se dirigea vers Khalid. Khalid l’attaqua en criant : « O ennemi d’Allah, pensais-tu     que tu pourrais nous échapper quand Allah raccourcit la distance pour nous ».

La veuve d’Aban avait percé un des yeux de Thomas et Khalid (qu’Allah soit satisfait de lui) poignarda son autre œil et l’arracha. Il le jeta à bas de son cheval-pendant que ses hommes attaquèrent les Romains. ‘AbderRahmane Ibn Abi Bakr fut le plus époustouflant. A peine vit-il Thomas tombé qu’il sauta de son cheval, s’assis sur sa poitrine, lui trancha la tête, l’éleva à la pointe de sa lance et appela : « Par Allah ! Thomas le maudit est mort », puis il alla à la recherche d’Herbius, avec les acclamations des Musulmans ».

 

 

Younous et la princesse  

 

Rafi’ Ibn ‘Oumayrah a dit :

« J’étais dans l’aile droite avec Khalid (qu’Allah soit satisfait de lui) quand je vis un cavalier romain descendre et lutter avec une none romaine qui réussit à se débarrasser de lui. Je me suis approché pour voir que c’était Younous qui luttait comme un lion avec sa femme. Je suis allé l’aider et il me désigna un groupe de dix femmes qui lançaient des pierres à ma monture. Une belle femme vêtue de brocart jeta une grande pierre qui toucha le front de mon cheval-qui avait participé à la Bataille de Yamamah qui s’écroula mort. Je courus après elle et elle s’enfuit comme un cerf chassé suivit par les autres femmes. Je les rattrapai en projetant de les tuer et visait celle qui tua mon cheval. Elle cria à l’aide quand j’élevais mon épée. Je suis donc allé vers elle pour la trouver vêtue de brocart et couverte d’un filet de perles sur la tête. Je l’a fit prisonnière et l’attacha. Je revins sur mes pas, montais un cheval-romain et me dit : « Par Allah ! Je dois aller voir ce qui est arrivé à Younous ». Je l’ai trouvé alors qu’il pleurait assit près de sa femme couverte de son propre sang. Younous dit : « Je lui ai dit : Deviens Musulmane » mais elle répondit : « Par le Christ, je ne te rejoindrais jamais ». Alors elle prit un couteau et se suicida. Je lui dis : « Allah t’a donné mieux qu’elle. Elle est vêtue de brocart, a un filet de perles sur sa tête et est plus belle que la lune. Prends-la pour femme ». Il me dit : « Ou est-elle ? » Je répondis : « Ici, il s’agit de cette femme qui est avec moi ».

Quand il la vit avec sa robe et ses ornements et se rendit compte de sa beauté, il parla en grec avec elle et lui demanda son identité. Elle répondit en grec et pleura. Alors, il se tourna vers moi et me dit : « Sais-tu qui elle est ? »

Je dis : « Non ».

– « Elle est la fille d’Héraclius, la femme de Thomas. Quelqu’un comme moi n’est pas fait pour elle. Héraclius la cherchera et paiera certainement pour la retrouver ».

Il a été rapporté que les Musulmans ne purent trouver Khalid (qu’Allah soit satisfait de lui) ou trace de lui et ils s’inquiétèrent grandement à son sujet. Il était en fait entrain de combattre Herbius après que Thomas fut tué. Après avoir attaqué dans toutes les directions, il remarqua un chrétien puissamment bâti tout rouge et pensa qu’il devait être le maudit, donc il conduit son cheval vers lui et dépensa de grands efforts pour le tuer. Quand le chrétien le vit venir il s’enfuit mais Khalid le frappa avec sa lance et il tomba face contre terre. Alors Khalid bondit sur lui comme un lion et dit : « O Herbius, pensais-tu pouvoir m’échapper ? La destruction est sur toi ».

Le chrétien connaissait l’arabe et répondit : « O arabe, je ne suis pas Herbius alors épargne moi et ne me tue pas ».

Khalid (qu’Allah soit satisfait de lui) lui dit : « La seule manière de t’en sortir est me mener à lui. Quand tu l’auras fait, je te libérerai ».

– « Es-tu sur que tu me laisseras partir si je te le montre ? »

– « Certain que tu seras libre ! »

– « O frère arabe, lève-toi de ma poitrine afin que je puisse te le montrer ».

Quand Khalid se leva, il se leva à son tour en regardant à droite et à gauche et dit : « Regarde vers la montagne. Un des chevaux qui grimpent est monté par lui ». Khalid le remit à Ibn Jabir puis monta son cheval et se lança à la poursuite de l’ennemi.

Quand il les rattrapa, il leur dit : « Pensiez-vous m’échapper ? »

Quand Herbius l’entendit, il hurla et se retourna avec les patriciens armés. Khalid dit « Que la destruction soit sur vous ! Pensiez-vous qu’Allah ne nous donnerait pas le pouvoir sur vous ? Je suis le cavalier vaillant, Khalid Ibn al-Walid ».

Alors il poignarda un cavalier avant d’en finir deux autres. Herbius appela ses hommes et leur dit : « Il est celui qui a mis la Syrie sens dessus dessous. Il est l’envahisseur de Bosra, de Hawran, de Damas et d’Ajnadayn. Attrapez-le ». Ils eurent l’espoir de l’attraper car il était seul, séparé du reste des Musulmans qui combattaient et pillaient les Romains. Le terrain n’étant pas propice pour combattre à cheval, les patriciens descendirent et encerclèrent Khalid (qu’Allah soit satisfait de lui). Il descendit aussi pour les combattre et resta ferme armée de son sabre et protégé par son bouclier ».

 

Views: 0