SHAM

Foutouh SHAM

La lettre de Khalid à Abou Bakr 

 

Après les événements susmentionnés, Khalid écrivit la lettre suivante à Abou Bakr pour l’informer de la victoire :

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

De: Khalid Ibn al-Walid

À: Le Calife du Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui)

As-Salamou ‘Aleykoum

Je loue Allah Exalté en dehors de qui il n’y a nulle une autre divinité et salutations sur le Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui).

Je loue et remercie Allah que les Musulmans vont bien et les mécréants détruits. Les éclats de leur feu ont été éteints et ils ont été complètement battus. J’ai affronté les forces romaines dans la plaine d’Ajnadayn où se trouvait Warden, le gouverneur de Homs. En dépit de leur grande préparation, ils arrivèrent en grande pompe et splendeur ; élevant leurs croix et faisant des serments sur leur religion qu’ils ne fuiraient jamais, nous les avons attaqués en plaçant notre confiance en Allah. Allah savait ce qui était dans nos cœurs et nous accorda patience, aide et victoire. La défaite les submergea, nous les tuâmes dans chaque place, chaque fossé et chaque champ. Quand nous avons compté cinquante mille de leur mort. Cinq-cent-soixante-quinze Musulmans ont été martyrisés dont vingt-cinq des Ansars et Himyari, trente de La Mecque et le reste des autres tribus. J’implore Allah de les accepter tous comme martyrs.

J’ai écrit cette lettre le jeudi 2 Joumadah Akhir. Nous nous dirigeons maintenant vers Damas, implore Allah qu’Il nous accorde la victoire. Transmets mon salam à tous les Musulmans.

Et Salamou ‘Aleyka.

Il donné la lettre à ‘AbderRahmane Ibn Houmayd et lui dit : « Ramène-là à Médine », tandis que lui-même partit pour Damas.

Abou Bakr (qu’Allah soit satisfait de lui) quittait chaque jour Médine après Salatoul Fajr pour attendre des nouvelles de Syrie. Un jour alors qu’il quittait Médine comme à son habitude, Ibn Houmayd arriva. Les Compagnons (qu’Allah soit satisfait d’eux) lui demandèrent précipitamment : « D’où viens-tu ? »

Il répondit : « De Syrie, Allah a accordé la victoire aux Musulmans ».

Abou Bakr (qu’Allah soit satisfait de lui) se prosterna aussitôt de remerciement. Ibn Houmayd alla le voir lui dit : « O Calife du Messager d’Allah, lève la tête Allah t’a soulagé en accordant la victoire aux Musulmans ».

Il leva sa tête et lit totalement la lettre puis après l’avoir absorbé, il l’a lu aux autres. Ces nouvelles se répandirent comme des éclairs dans tout Médine. Les gens coururent passionnément pour l’entendre et il relit une nouvelle la lettre devant tout le monde.

 

Quand les gens de La Mecque, du Hijaz et du Yémen entendirent parler des victoires musulmanes, ils se languirent d’aller en Syrie pour gagner les récompenses de l’Au-delà. Alors, les habitants, les chefs et les hommes proéminents de La Mecque allèrent à Médine sous le commandement d’Abou Soufyan Sakhr Ibn Harb et Ibn Ghaydaq Ibn Hisham demander l’autorisation d’Abou Bakr d’aller en Syrie. ‘Omar (qu’Allah soit satisfait de lui) fut contre et dit à Abou Bakr : « Ces gens détestent profondément les Musulmans dans leurs cœurs, ne leur donne pas l’autorisation. La Parole d’Allah est le Plus Haute et le leur la plus basse. Ils sont encore sur leur incrédulité et souhaitent éteindre la Lumière d’Allah mais Il parachèvera sa Lumière même s’ils le détestent. Notre supplique et notre déclaration est qu’en dehors d’Allah il n’y a aucune divinité mais ces gens s’opposent à Lui. Quand Allah a honoré notre religion, nous a aidé à rendre Ses Lois effectives, ils sont devenus des Musulmans par peur de l’épée. Maintenant qu’ils ont entendu que l’armée d’Allah a obtenu la victoire sur les Romains, ils sont venus à nous pour aller à l’ennemi afin qu’ils puissent égaler les premiers Musulmans qui sont les Mouhajirin et les Ansars. Je pense que définitivement, tu ne devrais pas les autoriser à y aller ».

Abou Bakr (qu’Allah soit satisfait de lui) lui répondit : « Je ne m’opposerai pas à toi ».

 

Quand les gens de La Mecque entendirent parler de ceci, ils se rassemblèrent et allèrent trouver Abou Bakr dans qui était avec un groupe de Musulmans dans al-Masjid an-Nabawi (la mosquée du Prophète (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui)). ‘Omar était sur sa gauche et ‘Ali (qu’Allah soit satisfait d’eux) sur sa droite alors qu’ils parlaient au sujet des conquêtes syriennes. Les Qouraysh les saluèrent, s’assirent devant lui et se consultèrent pour voir qui devait parler en premier. Finalement, Abou Soufyan dit à ‘Omar : « O ‘Omar, c’est vrai que dans la période préislamique il existait une inimitié entre nous, mais depuis qu’Allah nous a guidés, nous avons nettoyé nos cœurs en ce qui te concerne car la foi efface le polythéisme. Tandis que toi tu gardes encore tes vieux préjugés. Pourquoi gardes-tu encore cette vieille rancune et renoue ton inimitié qui n’a pas été effacée ? Pouvons-nous espérer que tu oublieras cette animosité à notre égard ? Nous savons que ton rang est plus élevé que le nôtre et que tu nous dépasse dans la foi et le Jihad. Nous reconnaissons ton statut et ne le nions pas ».

‘Omar se sentit honteux et resta silencieux. Il transpira d’embarras puis dit : « Par Allah! Je n’ai pas voulu dire ce que vous avez compris. J’ai seulement souhaité éviter la violence et le mal. Vous avez encore les bonnes qualités de l’époque préislamique. Vous maintenez encore votre grandeur à travers les lignée et la tribu ».

Abou Soufyan dit : « Je te prends ainsi que le Calife à témoin que je consacre au combat dans la voie d’Allah.

Tous les chefs de La Mecque firent des déclarations semblables jusqu’à ce que ‘Omar fut satisfait et Abou Bakr fit la dou’a suivante : « O Allah, accorder leur mieux que ce qu’ils espèrent et ce qu’ils désirent. Accorde-leur une bonne récompense pour ce qu’ils font. Accorde-leur la victoire sur leurs ennemis et ne rend pas leurs ennemis victorieux. Tu as le Pouvoir sur tout ».

Quelques jours après, une armée de Yéméni sous le commandement de ‘Amr Ibn Ma’dikarab qui projetait aussi d’aller en Syrie arriva. Alors qu’ils campaient, Malik Ibn al-Ashtar an-Nakha’i (qu’Allah soit satisfait de lui) arriva avec la même intention. Il fut logé avec sa famille chez ‘Ali (qu’Allah soit satisfait de lui). Malik l’aimait beaucoup et avait participé avec lui à plusieurs expéditions à l’époque du Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui). Tous ces gens, avec la tribu de Jourhoum formèrent une armée de près de neuf mille combattants.

 

 

La lettre d’Abou Bakr à Khalid 

 

Quand l’armée fut prête, Abou Bakr (qu’Allah soit satisfait de lui) écrivit la lettre suivante:

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

De: Abou Bakr as-Siddiq, le Calife du Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui)

À: Khalid Ibn al-Walid et les Musulmans avec lui.

Je loue Allah Exalté en dehors de qui il n’y aucune autre divinité et salutations sur Son Messager, Muhammad. Je vous recommande la crainte d’Allah dans toutes les conditions, en ouvert et en secret, d’être doux avec les Musulmans, de ne leur donner que ce qu’ils peuvent entreprendre de travail, d’oublier leurs fautes et de les consulter dans chaque matière. Je suis transporté de joie pour les conquêtes et l’aide qu’Allah vous a accordés et de la défaite qu’Il a infligée à l’ennemi. Avancez sur vos chevaux, en conquérant les terres des mécréants jusqu’à ce que vous atteigniez les Jardins de Syrie (Damas) et Allah vous accordera sa conquête. Ensuite, avancez contre Homs, Ma ‘rat puis Antioche.

Salutations et bénédictions sur toi et tous tes compagnons. Je t’envoie les guerriers du Yémen, les lions de Nakha’ et les chefs de La Mecque. ‘Amr Ibn Ma‘dikarab et Malik Ibn al-Ashtar te seront précieux. Quand vous atteindrez la grande ville montagneuse d’Antioche et trouvez Héraclius César, faites la paix avec lui s’il offre la paix et le combat s’il veut combattre. Ne traversez pas les montagnes jusqu’à ce que vous m’ayez écrit. Je pense que la mort d’Héraclius est proche.

« Toute âme goûtera la mort » [3:185].

Wa Salam.

Abou Bakr cacheta alors la lettre avec le sceau du Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui). Puis, il l’a donna à Ibn Houmayd, en disant, « Tu étais le messager de Syrie, donc apporte la réponse en Syrie ».

Il a pris la lettre et arriva prestement en Syrie sur son chameau.

 

 

Le Retour à Damas 

 

Nafi Ibn ‘Oumayrah a dit :

« Khalid marcha sur Damas dès qu’il envoya sa lettre à Abou Bakr. Quand les Damascènes entendirent parler de la tuerie des guerriers romains, ils fermèrent le fort terrifiés. Tous les villageois des environs abandonnèrent leurs demeures et se refugièrent Damas. Le fort fut préparé. Les épées, boucliers, lances et catapultes furent installés sur les murs de ville, et les drapeaux et croix élevés ».

Le temps que Khalid (qu’Allah soit satisfait de lui) arrive, Damas fut complètement fortifiée. Son armée était composée de ‘Amr Ibn al-‘As et Yazid Ibn Abi Soufyan avec deux mille hommes chacun, d’autres ont rapporté neuf mille, suivi par Shourahbil Ibn Hassanah et ‘Amir Ibn Rabi’ah avec mille hommes chacun et Mou’ad Ibn Jabal avec deux mille autres. Quand les Damascènes virent les Musulmans arriver comme les vagues de la mer, ils perçurent leur imminente défaite.

Khalid campa au monastère, un demi-mile de Damas et appela ses généraux. Il dit à Abou ‘Oubaydah Ibn al-Jarrah (qu’Allah soit satisfait de lui) : « Tu sais comme ces chrétiens nous ont trahi et nous ont attaqués quand nous sommes partis. Par conséquent, tu devrais camper à la Porte d’al-Jabiyah avec tes troupes et ne pas leur donner de répit ni même de sauf conduit de peur qu’ils fassent encore quelque traîtrise. N’abandonne pas ta place sous aucune circonstance. Reste près de la Porte et envoie constamment des petits groupes patrouiller contre eux afin qu’ils n’aient aucun répit. Le long séjour ici et la fermeture du fort ne doivent pas te décourager et il n’y nul besoin de se hâter. Sois patient, la victoire est toujours achevée par la patience. N’abandonne jamais ta place et préserve-toi de leur traîtrise ».

Abou ‘Oubaydah (qu’Allah soit satisfait de lui) dit : « Très bien, si Allah veut, il sera ainsi ».

Il prit alors un quart de l’armée et alla camper à une courte distance de la Porte d’al-Jabiyah     où ou une tente Tayfi, faite de poils de chameaux, fut monté pour lui.

 

Maslamah Ibn ‘Awf a rapporté de Salim Ibn ‘AbdAllah de Hajjaj al-Ansari qui a dit :

« J’ai demandé à mon grand-père, Rifa’ah Ibn ‘Assim qui était dans l’armée d’Abou ‘Oubaydah à Damas : « Abou ‘Oubaydah avait beaucoup de butin capturé d’Ajnadayn, Bosra, Shakhourah et Hawran ans lequel il devait y avoir des milliers de tentes. Pourquoi ce fut la tente Tayfi, sa première tente qui fut monté pour lui ? »

Il répondit : « O mon fils, c’était dû à sa simplicité et son humilité afin qu’il ne soit emporté par les biens de ce monde et ne les aimes. Aussi, il souhaita montrer aux Romains que les Musulmans ne sortaient pas par amour pour le monde et par amour d’expansion territoriale, mais pour la satisfaction d’Allah, pour la recherche de l’Au-delà et pour établir la Religion d’Allah.

O mon fils, la condition des musulmans à cette époque était telle que lorsqu’il campait près de n’importe quelle ville romaine, ils montaient leurs propres vieilles tentes séparément et celles des Romains capturées à quelque distance. En cela, ils gardaient seulement les chevaux, les armes, les armures, les poignards et les boucliers et personne n’allait près de ces tentes même si la pluie tombait, ils auraient préférés être trempés plutôt que de se réfugier sous une de ces tentes ou le nom d’Allah n’avait pas été mentionné. Notre attitude envers leurs armes était telle que nous préférions porter des nattes de fibres tressées de dattiers plutôt que de porter leur armure ».

 

 

Le deuxième siège de Damas 

 

Quand Abou ‘Oubaydah atteignit la Porte d’al-Jabiyah, il ordonna un assaut immédiat. Par la suite Khalid (qu’Allah soit satisfait de lui) appela Yazid Ibn Abi Soufyan et lui dit : « Attaque la Petite Porte avec tes hommes, mais     protège leurs vies. Si quelqu’un sort contre vous et que vous ressentez de la faiblesse, alors informe-moi et je viendrai immédiatement à votre aide ».

Puis, il appela Shourahbil Ibn Hassanah et lui dit : « Vise la porte que le gouverneur, Thomas, surveille, mais sois très prudent car j’ai entendu qu’il était très rusé et audacieux. Héraclius l’aime beaucoup du fait de sa bravoure et lui a donné sa fille en mariage. S’il attaque, alors informe-moi afin que je puisse vous aider si Allah veut ».

Khalid appelé ‘Amr Ibn al-‘As (qu’Allah soit satisfait de lui) et lui dit : « Campe à la Porte de Faradis et ne fait aucun mouvement car j’ai entendu qu’ils se sont rassemblés là-bas ».

‘Amr partit sur le champ et Qays Ibn Houbayrah fut appelé et Khalid lui dit : « Va à la Porte de Fajr (d’autres ont rapporté la Porte de Kayssan). Il partit aussitôt comme instruit.

La Porte de l’Est resta fermée et aucun combat n’eut lieu de ce côté-là, du fait les Arabes l’appelèrent la Porte de la Paix ».

Après avoir fait les préparations adéquates, Khalid (qu’Allah soit satisfait de lui) prit les troupes restantes et campa à la Porte de l’Est. Il appela Dirar, lui donna deux mille hommes et lui dit : « Patrouille tout autour de la ville. Si une difficulté survient ou un espion romain est aperçu, informe-moi immédiatement afin que je puisse prendre la mesure appropriée ».

Dirar dit : « Mon cœur souffre de quitter la bataille et d’attendre ».

Khalid lui répondit : « Bien, tu pourras participer à la bataille aussi longtemps que possible ».

Dirar dit : « Si c’est le cas, alors je pars au nom d’Allah ».

Il partit comme un lion irrité en récitant le poème suivant jusqu’à ce qu’il atteignit sa destination :

« O Damas, un Dirar est venu qui vous causera de grand ravage,

Avec mon sabre, je ferais de vos cous des épaves.

Il est tranchant et brillant,

Je vous arrangerais tous correctement,

Et à travers la puissance des Paroles d’Allah, je vous emporterais.

 

Khalid (qu’Allah soit satisfait de lui) resta à la Porte de l’Est. Quand ses hommes lancèrent une attaque, les Romains jurèrent : « Nous combattrons jusqu’au dernier homme et nous ne laisserons pas nos femmes et nos enfants tomber entre leurs mains » et tirèrent des flèches. Les deux partis tirèrent tellement de flèches et les catapultes de pierres que la plupart des hommes des deux côtés furent blessés.

‘AbderRahmane Ibn Houmayd arriva avec la lettre d’Abou Bakr (qu’Allah soit satisfait de lui) alors que Khalid et Rafi’ Ibn ‘Oumayrah combattaient à la Porte de l’Est. Il alla trouver Khalid et lui donna la lettre qui fut très content de la lire. Puis, il annonça aux Musulmans la venue d’Abou Soufyan Ibn ‘Amr Ibn Ma’dikarab az-Zoubaydi et son armée et la nouvelle se répandit dans toute l’armée.

Les Musulmans combattirent toute la journée. Lorsque la nuit arriva, les deux partis se séparèrent et chaque commandant musulman maintint sa place à sa porte attitrée. Khalid fit lire la lettre d’Abou Bakr (qu’Allah soit satisfait de lui) à chaque porte et les Musulmans se réjouirent d’entendre parler de l’arrivée de renforts. La nuit passa dans l’anticipation de la bataille du lendemain et chaque général nomma des gardes pour protéger son camp. Dirar patrouilla la nuit entière par sécurité pour éviter d’être surpris par l’ennemi.

Les Musulmans passèrent la nuit à glorifier leur Seigneur tandis que les Romains firent de même. Ils pendirent des drapeaux sur les murs de la ville, sonnèrent les cloches et firent de grands feux qui transformèrent la nuit en jour.

 

 

 

[1] La Mosquée Sacrée (La Mecque).

 

Views: 0