SHAM

Foutouh SHAM

La conspiration 

 

Warden fut enchanté de cette réponse et dit aux patriciens. « Vous avez entendu ce auquel l’armée a répondu ».

L’un d’eux répondit : « O Warden, ne te fie pas à leurs mots. Penses que tu t’es empêtré avec de tels gens contre qui aucun succès n’est possible. N’as-tu pas vu de tes propres yeux comment un seul d’entre eux est prêt à prendre une armée entière, qui n’est pas impressionné par le nombre et ne retourne pas avant d’avoir tué plusieurs d’entre nous ? Ils croient fermement ce que leur Prophète leur a dit ; si l’un de nous est tué, il va en enfer et si nous tuons l’un d’entre eux, il va au Paradis. Pour ces gens, la mort et la vie sont égaux. Ils ont tué beaucoup d’entre nous tandis que nous tué seulement quelques-uns d’entre eux. Contre de tels gens, je ne vois aucun espoir pour toi à moins qu’à travers un plan tu puisses atteindre leur chef et le tuer, alors, ils seront vaincus et fuiront. Cependant, pour parvenir à cette fin, un plan est exigé ».

Warden demanda : « Quel genre de plan fonctionnera ? Ce sont plutôt eux qui sont spécialisés dans les plans ».

Le patricien répondit : « Appelez-le pour avoir une conversation, quand il sera seul attrape sa gorge et appelle les hommes que tu auras précédemment posés en embuscade ».

– « Je ne pourrais jamais l’atteindre parce que premièrement, il est un puissant guerrier insensible ; deuxièmement, je ne peux pas me résoudre à lui parler et troisièmement, je ne serai jamais capable de l’attraper ».

Le patricien dit : « Ne t’inquiète pas, je vais te dévoiler un plan et si tu l’applique, tu l’atteindras sans mal. Cache dix des meilleurs guerriers puis appelle-le pour des pourparlers. Assieds-toi avec lui près de l’embuscade. Absorbe-le dans un dialogue jusqu’à ce qu’il soit complètement détendu et alors attaque-le. Appelle les autres pour t’aider à le finir puis tu seras soulagé de ses problèmes. Ses hommes se disperseront automatiquement et pas même deux d’entre eux seront vus ensemble.

Warden fut satisfait de ce plan et dit : « Accomplissons ce travail avant la fin de la matinée ».

Il appelé un Syrien chrétien de Homs du nom de David et lui dit : « Je te connais pour être un orateur extrêmement éloquent qui est capable de prouver le chemin du salut et de réfuter l’ennemi. Je veux que tu ailles trouver les Arabes et que tu leur demande d’ajourner la bataille jusqu’à demain. Demande à leur commandant de venir nous trouver à l’aube afin que je puisse personnellement négocier la paix avec lui. Peut-être pourrons-nous réaliser la paix, quel que soit l’argent qu’ils demandent, nous leur donnerons ».

David répondit : « Hélas, César t’a envoyé pour combattre les Arabes, mais tu veux faire la paix avec eux. Le monde te connaîtra comme un lâche effrayé. Jamais jusqu’au jour du Jugement dernier je ne négocierais la paix avec eux, sans quoi César m’exécutera. »

Warden lui dit : « Non, honte à toi ! C’est mon plan pour amener leur commandant afin que je puisse le tuer ce qui résultera en leur dispersion et leur massacre. » Puis, il lui dévoila la conspiration.

David dit : « O Malfaiteur, la conspiration finit toujours en humiliation. Vaut mieux combattre avec ton armée comme un homme et que tu abandonnes ce plan. »

Warden se fâcha et dit : « Je ne te demande pas ton opinion. Je t’ordonne de délivrer mon message. Ne t’oppose pas à moi. »

David lui répondit : « Très bien ». Mais il resta en son for intérieur opposé à l’intrigue et se dit : « Il parle comme s’il voulait rejoindre son fils mort ». Il s’arrêta près du camp musulman et cria : « O Arabes, n’y a-t-il pas eut assez d’effusion de sang et de tuerie ? Dieu vous questionnera certainement au sujet de ceci. Nous devrions conséquent parvenir par à un accord et faire la paix. Laissez votre commandant ou son représentant venir me parler ».

 

 

Le dialogue entre David et Khalid 

 

David avait à peine finit de parler quand un éclat de lumière de l’armure de Khalid annonça son arrivée sur un splendide cheval, sa lance pointée entre les oreilles du cheval. Le vieux chrétien s’exclama : « O arabe, attend, soit tranquille, je ne suis pas venu pour la guerre. Je ne suis pas même un soldat. Je porte ni épée, ni lance. Je suis un envoyé diplomatique qui est venu pour te délivrer un message. Si te plait pose ta lance afin que je puisse te parler ».

Khalid mis sa lance de côté, s’approcha de David et lui dit : « Faites ton travail et donne ton message, mais soit honnête et droit, car l’homme honnête siège aux portes de la bonté tandis que le menteur tombe dans l’égarement et est détruit ».

– « O Arabe, tu as dit la vérité. Je suis ici parce que mon commandant déteste l’effusion de sang. Il ne souhaite pas combattre les bonnes gens et il est profondément chagriné par les pertes que les deux côtés ont souffert. Il souhaite par conséquent vous offrir un cadeau. Vous devriez clore les portes d’effusion du sang. Toi et tes honorables compagnons devriez signer un traité stipulant que vous ne nous combattrez pas, que vous n’aurez aucunes prétentions contre nos villes et nos terres et que vous n’agresserez aucun de nos forts. Si vous faites ainsi, alors nous prendrons votre promesse pour sérieuse et serons satisfait de vos actions. Il désire aussi que tu arrêtes le combat pour le reste du jour et que tu ailles le trouver demain matin afin que vous puissiez discuter les termes du traité. Ainsi, si Dieu veut, quelques biens seront accomplis et l’effusion de sang stoppée. »

Khalid réfléchit pendant quelques temps avant de répondre : « Si ses mots et la raison de ta présence ici recèle quelque intrigue ou un plan quelconque, sache alors que l’intrigues n’est qu’un jouet dans ma main droite et que personne n’est encore né pour m’égaler dans les intrigues. De tel complot le conduiront à la porte de mort. Sa traîtrise et ses intrigues le mèneront à sa destruction et à son humiliation et celle de son armée. Cependant, s’il est sincère alors, en dehors d’accepter l’Islam ou le paiement de la Jizyah, il n’y a aucune autre solution paisible. Quant à son offre d’argent, je n’en ai aucun désir sauf tel que cela est recommandé dans le paiement de la Jizyah percevable au début de chaque année ».

David détesta ces mots mais il dit : « Ce sera comme tu veux, mais vous vous assiérez tous les deux, un accord sera certainement conclut. Autorisez-moi de partir maintenant ».

Les paroles de Khalid effrayèrent David qui se dit : « Les Arabes disent parle la vérité. Warden sera tué puis ce sera notre tour. Vaut mieux que je lui dise la vérité et obtenir l’amnistie pour moi et mes enfants ».

Il se tourna de nouveau vers Khalid et lui dit : « O frère arabe, j’ai oublié de te dire une chose que mon maître m’a dit ».

– « De quoi s’agit-il ? »

– « Sois alerte et protège ta vie parce que Warden conspire contre toi » Et alors après lui avoir dévoilé tous les détails du complot, il dit : « Je demande votre protection pour moi et ma famille ».

– « Si tu ne nous espionne pas et nous trahit pas, alors tes biens, ta famille et tes enfants seront protégés ».

– « Si j’avais projeté la traîtrise alors pourquoi t’aurais-je divulgué le complot ? »

Khalid lui demanda : « Quelle place a été choisi pour cacher les dix Romains ? »

– « Sur le côté droit de l’armée près de la dune ».

Il prit alors permission et partit trouver Warden qui fut satisfait et dit : « Je suis convaincu que la croix m’accordera la victoire ».

Il appela dix guerriers et leur ordonna d’aller se cacher en embuscade.

Entre-temps, Khalid rencontra Abou ‘Oubaydah alors qu’il revenait. Quand Abou ‘Oubaydah le vit rire, il lui demanda : « O Abou Souleyman, puisse Allah te laisser sourire. Quel est le problème ? »

Khalid lui raconta l’histoire entière et Abou ‘Oubaydah lui demanda :

– « Qu’est-ce que tu projette de faire ? »

– « D’y aller seul ».

– « O Abou Souleyman, je fais le serment que tu es assez pour eux, mais Allah nous a ordonné de ne pas nous jeter dans la destruction. Au contraire, Il a recommandé :

« Et préparez [pour lutter] contre eux tout ce que vous pouvez comme force et comme cavalerie équipée, afin d’effrayer l’ennemi d’Allah et le vôtre » [8:60]

L’ennemi a préparé dix hommes contre toi, soit onze en tout. Je ne serais pas en paix à cause de cet homme maudit à moins que tu n’envoies aussi dix hommes pour se cacher près du lieu de l’embuscade, car il ne fait aucun doute que l’informateur t’a montré la place.

– « Oui, il a fait » dit Khalid.

– « Ordonne à dix soldats de se tenir pas très loin du lieu de l’embuscade. Alors quand le maudit appellera ses hommes, tu appelleras les tiens Si Allah veut ils seront suffisants. En même temps nous attendrons sur nos chevaux. Une fois que tu te seras débarrassé de l’ennemi d’Allah nous attaquerons l’armée. Nous espérons qu’Allah nous accordera la victoire ».

Khalid lui dit : « Très bien. »

Il appela alors les dix Musulmans suivants : Rafi’ Ibn ‘Oumayrah at-Tayyi ; Moussayab Ibn Najiyah al-Fazari ; Mou’ad Ibn Jabal ; Dirar Ibn al-Azwar ; Sa’id Ibn Zayd Ibn ‘Amr Ibn Noufayl al-‘Adawi ; Sa’id Ibn ‘Amir Ibn Jourayh ; Aban Ibn ‘Uthman Ibn Sa’id ; Qays Ibn Houbayrah ; Zoufar Ibn Sa’id al-Bayadi et ‘Adi Ibn Hatim at-Tayyi.

Il leur parla du complot des Romains et leur dit : « Partez et cachez vous dans la terre basse sur le côté droit de la colline. Quand j’appellerai, sortez et prenez chacun un Romain, mais laissez-moi l’ennemi d’Allah, Warden. Si Allah veut, je serai assez pour lui ».

Dirar dit : « C’est une affaire délicate qui peut rapidement dégénérer. Ces gens peuvent empêcher Warden de te combattre et de t’attaquer tous ensemble et qu’Allah te préserve de leur mal. Nous devrions partir maintenant au lieu de l’embuscade et si nous les trouvons endormis, nous pouvons les finir sans combattre avant l’arrivée de l’aube. Nous nous cacherons alors à leur place jusqu’à matin et quand tu rencontreras Warden nous sortirons.

Khalid rit et dit : « Si c’est possible alors faites-le. Prends ces hommes sur qui je te nomme commandant et placez votre confiance en Allah qu’Il réalisera vos souhaits. Si vous réussissez alors ce sera une cause de réjouissance et un bon signe.

Dirar dit alors : « J’ai bon espoir d’en finir avec eux ».

 

Views: 0