SHAM

Foutouh SHAM

Sergius et Khalid 

 

Le long du chemin Calius dit « Les Arabes ont un chef très audacieux. Si je suis vaincu dans la bataille tu devras m’aider. En échange, je ferai de toi mon compagnon et ministre mais ne révèle pas ce secret. Je dois reculer la bataille pour assez longtemps pour trouver une issue et donc revenir sans combattre. Alors quand Uriel combattra demain et sera tué je serai enfin débarrassé de lui ». Sergius lui répondit :

– « Je ne connais rien à la guerre mais je peux t’aider avec mon éloquence. Je parlerai aussi longtemps que possible et ne serait à court. Es-tu d’accord ? »

– « Hélas, tu souhaites que je tombe entre les mains de l’ennemi ! »

– « Et tu souhaites me sacrifier pour te sauver. Sois juste, si je suis tué quel usage ferais-je de tes récompenses, de tes honneurs et de mes cadeaux ? »

Calius resta silencieux et poursuivit son chemin jusqu’à ce qu’il approcha de Khalid et alors Rafi’ Ibn ‘Oumayrah voulut l’attaquer, mais Khalid l’arrêta, et dit : « Reste à ta place. Je suis ici le serviteur de l’Islam. »

Calius dit à Sergius : « Demande qui ils sont et ce qu’ils veulent. Menace-les avec notre force et notre grande armée et trouve leurs intentions ». Sergius demanda alors :

– « O Arabe, je souhaite te décrire une parabole. La comparaison entre vous et nous est comme quelqu’un qui possède un troupeau de mouton et qui nomma un berger lâche et faible pour les surveiller. Un lion entra dans l’enclos, et à cause de la lâcheté du berger, venait quotidiennement prendre un mouton. Quand les moutons furent presque fini et le lion accoutumé au sang de mouton, le propriétaire fut informé de la paresse et la lâcheté du berger et l’a donc remplacé par une jeune courageux qui patrouillait dans l’enclos toute la nuit. Suivant son habitude, le lion revint mais le berger l’attendait en embuscade et le tua avec sa lance. Par la suite, aucune bête n’osa attaquer les moutons. C’est aussi votre condition. Nous avons été indulgents à vos égards parce que vous êtes un peuple extrêmement faible, nu, affamé et travailleur. Vous avez subsisté sur de la nourriture volée, de l’orge, de l’huile d’olive et en suçant des noyaux de dates séchés. Vous avez mangé notre nourriture depuis que vous êtes entrés dans notre territoire et êtes devenus ce lion. Vous êtes venus aussi loin que vous pouvez et faits quoi que vous puissiez. Maintenant César a envoyé contre vous une telle personne qu’elle ne peut pas être comparée à un être humain, qui n’est pas concerné par ceux qui croisent le fer avec lui. Il est nul autre que celui qui est avec moi. Donc méfie-toi de ne pas finir comme le lion tué par le jeune berger. C’est uniquement par sa compassion et sa pitié qu’il m’a ordonné de vous parler. Par conséquent, je te demande ce que tu veux. Tu nages dans une mer dont les vagues te submergeront jusqu’à ce que tu te noies et qui t’étoufferas si tu la bois. Alors, si tu es responsable de cette armée, considère que faire la paix est dans ton meilleur intérêt avant que le lion, chargeant de la jungle, arrive ».

 

 

Le duel entre Khalid et Calius 

 

Khalid répondit : « O ennemi d’Allah, tu oses faire un exemple de nous ? Par Allah! Tu dois réaliser que nous vous considérons seulement comme un chasseur piège dans un filet des moineaux qui battent des ailes dans toutes les directions pour s’échapper. Le chasseur n’est ni effrayé par leurs nombres ni les laisse fuir. Quant à ce que tu as dit concernant notre ville et notre famine c’est vrai, mais Allah nous a maintenant donné mieux. Au lieu de quelques grains, Il nous a donné du blé, des fruits, du beurre raffiné et du miel. Cette terre est la nôtre. Notre Seigneur nous l’a donné et nous l’a promis à travers les propos de Son Messager. Quant à ce que nous voulons, c’est l’une des trois choses suivantes : Soit vous acceptez l’Islam, soit vous payez la Jizyah, ou soit le combat jusqu’à ce qu’Allah décide du résultat. Tu loues ce misérable Calius mais nous le voyons comme la plus vile créature. S’il est un pilier de votre empire, alors je suis Khalid Ibn al-Walid, le serviteur de l’Islam et conquérant de Palmyre, d’Arakah, de Hawran, de Sakhnah et de Bosra ».

Le visage de Sergius s’assombrit lorsqu’il entendit cette éloquente réplique et revint à Calius qui lui dit : « Il est bien triste que tu aies attaqué comme un lion et que tu sois revenu effrayé ».

Sergius lui répondit : « Je fais le serment sur ma religion que je l’ai pris pour un vagabond mais maintenant je le considère comme un bélier chargeant et un cavalier meurtrier. C’est le chef d’une nation qui a rempli la terre de mal, avance donc et attaque ». Calius trembla sur sa selle comme une feuille soufflée par le vent dès qu’il entendit le nom de Khalid. Il dit : « Dit-lui de remettre la bataille jusqu’à demain ».

Sergius répondit : « Je lui dirai, mais je ne suis pas sûr s’il acceptera », puis il retourné vers Khalid et dit : « O commandant de ses gens, mon compagnon m’a dit de vous dire que vous devriez revenir à votre armée et les consulter ».

Khalid lui répondit : « O fou, tu me dis ceci alors que le suis l’esprit même de la guerre. M’échapper est très difficile ».

Alors il pointa sa lance vers Sergius qui fuit. Il cria à Calius et l’attaqua, mais Calius revint en arrière jusqu’à ce qu’il soit proche de son camp. Khalid le rattrapa afin et il fut forcé de se défendre. Les soldats commencèrent aussi à combattre et leurs lances brillèrent comme des flammes. Calius réessaya de fuir au plus fort de la bataille, mais réalisant ses intentions, Khalid talonna son cheval jusqu’à ce qu’ils soient brides contre brides. Il mit sa lance de côté, attrapa une courte lance qu’il fit tournoyer et l’écrasa sur la gorge de Calius en disant : « Il n’y a aucun moyen d’éviter le mal et ou de faire le bien, exceptez avec l’aide d’Allah le Plus Haut, le Plus Puissant ! »

Alors Khalid l’attrapa et l’éjecta de sa selle. Les Musulmans crièrent « Allahou Akbar ! Allahou Akbar ! » Tandis que le cœur des chrétien frémirent. Les Musulmans rejoignirent Khalid qui leur remit son prisonnier et leur dit : « Liez ses mains derrière son dos ».

Calius commença à délirer, et ils demandèrent Romanus : « Pourquoi marmonne-t-il ? »

Romanus dit : « Pourquoi m’attachez-vous alors j’étais prêt à accepter ce que votre commandant a demandé. Ne voulez-vous pas la Jizyah ? Je remplirais toutes vos demandes ».

Quand Khalid fut informé, il dit : « Gardez-le fermement attaché parce qu’il est leur chef ». Alors il remonta sur son cheval tandis que Shahri, qui lui avait été donné par le gouverneur de Palmyre, voulut attaquer les Romains. Dirar Ibn al-Azwar protesta et dit à Khalid : « Ton combat avec le général-romain t’a fatigué. Repose-toi et autorise-moi d’aller combattre ».

Khalid répondit : « Le repos est pour l’Au-delà. L’un d’entre nous pourra être à l’aise ce jour uniquement en fonction des efforts qu’il fait en ce monde et il partit vers le champ de bataille.

Calius cria : « Je t’implore au nom de ton Prophète de venir ici. Je veux te dire que chose ».

Les Musulmans hurlèrent à Khalid qui revint et demanda à Romanus de le questionner. Après lui avoir parlé, il dit : « Je suis un courtisan d’Héraclius qui m’a envoyé ici avec cinq mille cavaliers. Quand je suis arrivé ici, Uriel, le gouverneur de Damas, se disputa avec moi. S’il vient à vous dans la bataille, vous ne devez pas le laisser vivre. S’il ne vient pas, défiez-le et tuez le car il est le chef. Si vous le tuez Damas sera à vous, le ferez-vous ? »

Khalid dit à Romanus : « Dis-lui que je tue quiconque attribue un partenaire ou un fils à Allah ».

Alors il repartit pour le champ de bataille récitant ce poème de guerre :

« O mon Maître! Je Te loue pour chaque bénédiction,    

O Bienfaisant ! Je te remercie pour toutes Tes attributions.

Après l’incrédulité et les ténèbres Tu nous as favorisés,

Et sortit des doutes et de la mauvaise obscurité.

À travers Muhammad, Tu nous as sauvés et éloignés ce qui est blâmable,

Et assistés, guidés et rendus honorables.

Tu nous as surnommé la meilleure nation,

Alors réalise nos intentions.

Laisse les mécréants goûter

Leur punition avec rapidité ! »

 

Quand, après avoir fui Khalid, Sergius atteignit les Romains, il frémissait. Ils lui demandèrent : « Qui donc te poursuit et t’a tant fait peur ? »

– «  La mort », répondit-il ! « Une mort qui ne peut pas être vaincue. Un lion qui ne peut être combattu, le chef musulman qui vint à la bataille prenant le nom de son Seigneur. Partout où nous sommes allés, il ne s’est jamais retenu de nous tuer. C’était seulement au prix d’un immense effort que j’ai réussi à m’échapper. Il vaut mieux faire la paix avant qu’il vienne avec son armée entière pour nous attaquer ».

Les Romains lui dirent : « O misérable ! Tu viens t’enfuyant défait et maintenant tu veux nous terrifier ».

Ils l’auraient tué mais quand ils virent Calius arrêté, ils se tournèrent vers Uriel et dirent : «  Le courtisan de César a été arrêté bien qu’il n’a fait aune faute. Il y a un agrément entre vous qu’il combattrait un jour et toi le prochain, maintenant tu devras combattre et tuer ce bédouin ».

Uriel leur dit : « N’oubliez pas que s’il est tué, un autre Arabe le remplacera mais si je suis tué, vous serez un troupeau de mouton sans berger. Donc, il est meilleur que nous allons tous attaquer ».

Les Romains dirent : « Nous ne ferons jamais cela jusqu’au jour du Jugement dernier, si des milliers de vies sont sacrifiées alors des milliers de femmes deviendront veuves ».

Un ami de Calius dit : « Ton rang près de César n’est pas égal à celui de Calius. Vous aviez tous les deux un accord qu’il accomplit. Maintenant qu’il est capturé, tu dois maintenant y aller à ton tour ou alors, nous te combattrons ».

Uriel dit : « Il est malheureux que vous pensez que je ne suis pas sorti parce que j’ai peur d’un bédouin. J’y vais maintenant de ce pas et les deux armées verront qui est le plus fort guerrier.

 

 

Le duel entre Khalid et Uriel  

 

Uriel prépara ses armes, endossa son armure, monta un rapide cheval et sortit rencontrer Khalid. Uriel dit :

– « O mon frère arabe, viens plus près afin que je puisse te dire quelque chose ». Khalid fâché lui répondit :    

– « O ennemi d’Allah, tu viens enfin que je puisse fracasser ta tête ».

– « Frère arabe, je viens ». Il s’approcha de Khalid qui sentit sa peur et l’attaqua pas.

Uriel dit :

– « Tu as une armée entière, et malgré cela une personne comme toi vient encore combattre. Si tu es vaincu, alors ils seront comme des mouton sans berger ».

Khalid lui répondit : « O ennemi d’Allah (ya ‘adou Allah), n’as-tu as vu comment deux de mes soldats ont attaqué ton armée ? Si je ne les avais pas arrêtés, alors avec l’aide d’Allah, ils auraient pu anéantir ton armée de la surface de la Terre. Chacun de mes soldats considère la mort comme une bénédiction et la vie sans valeur… mais qui es-tu donc ? »

– « Comment, tu n’as jamais entendu parler de moi ? Je suis le cavalier de tous les cavaliers, le dominateur de l’armée turque et le Jouramiqah.

– « Quel est ton nom ? »

– « Le même que celui de l’Ange de la mort, Uriel ».

Khalid rit et dit : « O ennemi d’Allah, ton homonyme est à ta recherche pour t’envoyer en Enfer et par conséquent il se souvient de toi ! »

– « Je te demande au nom de ta religion, qu’as-tu fais de Calius ? »

– « Il est assied là-bas les mains liées derrière son dos ».

– « Il n’apporte rien sauf le désastre. Qu’est-ce qui t’a empêché de le tuer ? »

– « Parce que je veux vous tuer les deux ensemble ».

– « Accepteras-tu mille Mithqal-(4.4 kg) d’or, dix ensembles de vêtements en soie et cinq chevaux en échange de sa tête ? »

– « C’est le prix de son sang. Quel est le prix de ta vie ? » Uriel furieux répondit :

– « Que prendras-tu ? » Khalid lui dit :

– « Ta tête déshonorée comme Jizyah ! »

– « Frère arabe, plus je te respecte, plus tu nous déshonores et augmente ton sarcasme. Prépare-toi pour l’attaque ».

Khalid s’embrasa comme une flamme et attaqua Uriel qui se défendit. Les deux hommes s’attaquèrent durant un temps considérable. Uriel était un tel guerrier que ses exploits étaient récités par chaque enfant syrien. Il dit : « Je fais le serment sur ma religion ! Si je le voulais, je pourrais te capturer, mais par pitié je ferai la paix avec toi et ton armée. Il est meilleur que tu te rende à moi afin que tout le monde voit que tu as été capturé ».

Khalid lui répondit : « O ennemi d’Allah, tu nourris de tels espoirs quand tu as en face de toi les gens qui conquirent Palmyre, Hawran, Sakhnah et Bosra et qui vendirent leurs vies à Allah en échange du Paradis, qui choisirent la Demeure Permanente au-dessus de la demeure temporaire et qui préférèrent l’Au-delà à ce monde. Maintenant tu vas voir qui de nous va conquérir son ennemi, les territoires de son ennemi et mettre en vigueur sa loi ».

Alors, il augmenta l’intensité de son combat et employa de telles tactiques qu’il confondit l’ennemi et, qui au lieu de parler de capture, commença à transpirer et dit d’un ton flatteur :

– « O frère arabe, pourquoi plaisantes-tu comme cela ? »

– « Ma plaisanterie est le coup de sabre, afin qu’à travers lui mon Seigneur soit satisfait de moi. Reste sur tes gardes, j’attaque encore ».

Il donna un nouveau coup mais pas assez puissant et l’ennemi fut sauvé. Mais la violence de l’attaque l’effraya et il s’enfuit poursuivi par Khalid.

 

‘Amir a dit :

« J’étais au centre de l’armée et regardait les deux adversaires quand Uriel fuit et n’a pas pu être attrapé à cause de son cheval plus rapide. Il se retourna pour voir Khalid partir et il pensa peut-être : « Le bédouin me craint. J’attendrai ici pour le capturer. Jésus m’aidera », et donc il se reposa là. Quand Khalid revint, son cheval-transpirait abondamment et il était clairement fatigué.

Uriel dit : « O arabe, ne pense pas que je suis parti par peur de toi. Plutôt, je t’ai éloigné de tes hommes pour t’attraper.

Khalid lui répondit : « Allah, le Connaisseur de l’invisible, sait mieux ».

– «  Frère arabe, il n’est pas trop tard d’avoir de la pitié pour toi-même. Arrête le combat et ne prends pas de risques inutiles. Rends-toi ! Cependant, si tu souhaites vraiment la mort, alors je suis Uriel, le voleur d’âmes et l’ange de la mort ».

– « O Ennemi d’Allah, à cause de mon     lent cheval, tu trouves soudain du courage ? Si mon cheval est fatigué, je viendrai à pied et te tuerai si tu ne t’enfuie pas ».

Alors il sauta de son cheval comme un tigre, en faisant tourner son sabre. Le voyant sur ses pieds, Uriel s’enhardit et l’encercla comme un vautour pour le tuer. Mais Khalid trancha une des pattes avant du cheval, qui s’effondra. Uriel couru vers son camp et Khalid le poursuivit et lui cria : « O ennemi d’Allah, ton homonyme s’est fâché contre toi et veut arracher ton âme. Prépare-toi ».

Il l’attrapa avec une main mais les Romains lancèrent une attaque pour libérer leur gouverneur. Alors l’armée musulmane sous le commandement d’Abou ‘Oubaydah apparut soudainement sur le champ de bataille. Khalid lui avait envoyé plus tôt un messager de Bosra qui l’avait rencontré en cours de route et l’accompagnait encore quand ils rencontrèrent Khalid qui appréhendait le gouverneur. Quand les gens de Damas virent l’armée, ils furent effrayés, abandonnèrent leur attaque tandis que Khalid arrêta Uriel.

 

Views: 0