SOUDAN

AFRIQUE CENTRALE

Le Sultanat de Founj

 

Lors de la conquête de l’Egypte par les Musulmans, le nord du Soudan ou la Nubie, comme il était alors appelé, était un état chrétien.

Sous le califat de ‘Uthman Ibn ‘Affan (qu’Allah soit satisfait de lui), ‘AbdAllah Ibn Sa’d, le gouverneur de l’Egypte envahit la Nubie et assiégea sa capitale Dongola sans pouvoir toutefois remporter une victoire décisive et se retira après avoir conclu un armistice.

 

En l’an 567 de l’Hégire (1172), Touran Shah, le frère de Salah ad-Din al-Ayyoubi, mena une expédition en Nubie mais n’accomplit aucune conquête durable.

Avec le temps, des tribus arabes s’installèrent dans le nord du Soudan et pendant le septième siècle de l’Hégire (treizième siècle), une petite principauté musulmane s’établit au sud de la Première Cataracte. Les souverains de la principauté vinrent à être connus comme les Banou Qans et durant le huitième siècle de l’Hégire (quatorzième siècle), les Banou Qans étendirent leur influence en amont. La principauté se désintégra pendant le neuvième siècle de l’Hégire (quinzième siècle).

 

Dans la partie ouest du Soudan, il y avait un autre état chrétien Aiwa avec la capitale à Souba. Selon les sources traditionnelles, Souba fut capturé par une horde de tribus arabes, sous le commandement de ‘AbdAllah Joummah, quelque part durant le huitième siècle de l’Hégire (quatorzième siècle). La dynastie qui succéda au pouvoir sur Souba et la région contiguë vint à être connue comme les « ‘AbdAllah ».

 

Pendant le dixième siècle de l’Hégire (seizième siècle), deux états musulmans virent le jour au Soudan, Founj dont la capitale à Sennar sur le Nil Bleu et Kayrah dont la capitale était à Darfour.

 

Le Sultanat Founj fut fondé en l’an 909 de l’Hégire (1504), par le chef Founj Amara Dounqas qui prit pour capitale Sennar, sur le Nil Bleu.

Les premières années du dixième siècle de l’Hégire (seizième siècle) sous les Sultans Founj furent témoins de l’islamisation efficace de Nubie.

 

En l’an 923 de l’Hégire (1517), l’église de Dongola fut convertie par les gens en mosquée ce qui prouve qu’à cette époque, le Christianisme perdit son influence dans le pays et que les gens se convertirent à l’Islam. Le fondateur de la dynastie Founj, Amara Dounqas était un musulman bien que son nom ne l’indique pas néanmoins son successeur ‘Abdel Qadir prit un nom musulman.

 

Les souverains Founj régnèrent à Toulane de l’an 976 à 1011 de l’Hégire (1569 à 1603). Pendant cette période, de sérieux accrochages se produisirent entre le Founj et les ‘AbdAllah ou les Founj eurent la main supérieure et les ‘AbdAllah devinrent des vassaux du Founj.

Les Founj étendirent leur territoire vers l’ouest à travers al-Jazirah, la terre entre les deux Nil Blanc où ils établirent une garnison et une tête de pont à Alays.

Pendant cette période, la gloire des Founj se propagea et des savants des différentes parties du monde musulman furent attirés à Sennar. Toulane prit des mesures pour promouvoir l’Islam et construisit de nombreuses mosquées et Madrassas.

 

 

Badi’ I, Abou Ribat

 

Pendant le onzième siècle de l’Hégire (dix-septième siècle), les Sultans Founj portèrent le nom de Badi’ certainement en raison d’un changement dans la dynastie dirigeante.

La première souverain de cette lignée fut Badi’ I Abou Ribat et il régna de l’an 1020 à 1026 de l’Hégire (1611 à 1617). Pendant cette période, une tribu du nom de Shayqiyah prit de l’importance et gagnèrent la notoriété de guerriers prédateurs et les Sultans Founj menèrent un certain nombre de campagnes contre la tribu.

 

 

Badi’ II, Abou Diqan

 

Le prochain souverain fut Badi II Abou Diqan qui régna durant trente-six ans de l’an 1023 à 1091 de l’Hégire (1614 à 1680). Pendant cette période, les dominions Founj s’étendirent vers l’ouest. Une expédition fut entreprise contre l’état montagnard de Taqali, au sud de la plaine Qardoufan, qui fut pris et devint un état de vassal.

Badi’ II constitua une garde spéciale d’esclave qui provoqua des tensions entre le Sultan et les soldats Founj.

 

 

Badi’ III, al-Ahmar

 

Badi’ III al-Ahmar gouverna de l’année 1103 à 1128 de l’Hégire (1692 à 1716) et sous son règne, les soldats Founj se mutinèrent mais la mutinerie fut réprimée cependant, le successeur de Badi’ III ne put faire face aux soldats Founj et fut déposé.

 

 

Badi’ IV, Abou Shoulouk

 

Par la suite, la succession, fut transmise à une autre branche de la famille royale qui réclama la succession par la lignée femelle.

Badi’ IV Abou Shoulouk régna assez longtemps de l’an 1136 à 1182 de l’Hégire (1724 à 1769). Pendant cette période, un soufi Hamad an-Nablan prétendit être le Mahdi mais son mouvement prit fin n’ayant pu gagner de soutien suffisant et Louanges à Allah.

 

En l’an 1157 de l’Hégire (1744), les Founj envahirent l’Abyssinie et firent quelques conquêtes.

 

En l’an 1160 de l’Hégire (1747), une expédition fut lancée contre Qourdoufan et quelques conquêtes furent réalisées. Dans son inquiétude de voir les notables Founj exercer le pouvoir, Abou Shoulouk supplanta le vieux groupe dirigeant par des esclaves et d’autres personnes créant ainsi des conflits avec les notables Founj qui culminèrent avec la déposition du Sultan, en l’an 1182 de l’Hégire (1769).

 

Badi’ IV fut succédé par son fils Badi V mais le pouvoir fut exercé par Abou Likyalik, le commandant des forces Founj tandis que le Sultan devint un laquais entre ses mains.

Abou Likyalik mourut en l’an 1191 de l’Hégire (1777) et par la suite, les affaires de l’état Founj tombèrent dans la confusion suite aux luttes fratricides pour la succession entre les notables Founj pour remplacer Abou Likyalik.

Suite à ces conflits, les dominions Founj rétrécirent et les états vassaux rejetèrent leur allégeance aux Founj.

 

En l’an 1226 de l’Hégire (1811), Muhammad ‘Ali d’Egypte conquit le Soudan Nord et l’état Founj disparut après environ trois siècle d’existence.

 

Views: 0