SOUDAN

AFRIQUE CENTRALE

Le Mali

Soun Dyata

 

L’état du Mali débuta comme une petite principauté sur les hauteurs du plateau de Mandinka sur la rive droite du Niger supérieur, en amont de l’actuelle Bamako. La première capitale de la principauté fut Jaraybah située près de la jonction des fleuves du Niger et du Sankarani.

 

Vers l’année 621 de l’Hégire (1224), Samagoro le chef de Sousa conquit Manding et exécuta onze des douze fils du souverain du Mali. Soun Dyata, le douzième fils échappa au massacre puisqu’il était infirme et malgré son infirmité, Soun Dyata montra une énergie remarquable. Il rassembla une force suffisante, vaincu l’usurpateur et reprit le trône du Mali. Par la suite, il conquit Sousa et l’annexé à son territoire.

 

En l’an 637 de l’Hégire (1240), il poussa ses conquêtes au loin et captura Bamboko. Sous le règne de Soun Dyata, le Mali devint un état puissant et les pays voisins ses vassaux. Soun Dyata décéda en l’an 653 de l’Hégire (1255) après un règne d’environ trente années.

 

 

Mansa Wali

 

Soun Dyata fut succédé par son fils Mansa Wali qui fut le premier souverain du Mali à se convertir à l’Islam. Il était fut l’un des contemporain de Rouqn ad-Din Baybars, le Sultan Mamelouk d’Egypte.

Mansa Wali effectua le Hajj et invita des ‘Oulama d’autres pays musulmans à venir prêcher l’Islam. Il prit des mesures pour promouvoir l’Islam et sous son règne, les conversions à l’Islam se répandirent à grande échelle. Il construisit un grand nombre de mosquées et de madrassas.

Mansa Wali décéda en 668 de l’Hégire (1270) après un règne de quinze années et fut succédé par son frère qui était aussi Musulman. Il suivit les pas de son prédécesseur et tenta de promouvoir l’Islam au Mali mais il ne vécut pas longtemps et décéda en l’an 672 de l’Hégire (1274) après un court règne de quatre années seulement.

 

 

Mansa Khalifa

 

Mansa Wali fut succédé par son frère Mansa Khalifah qui était un faible d’esprit et pratiquait l’archerie sur ses sujets. Les gens s’élevèrent contre lui et le tuèrent après un règne d’à peine une année.

 

 

Abou Bakr

 

Après Mansa Khalifah, il n’y avait plus aucun prince de la dynastie royale pour accéder au trône ainsi la succession se transmit par la lignée femelle et Abou Bakr, un fils de la fille de Soun Dyata, monta sur le trône. Mais ce dernier ne fut pas assez fort pour maintenir le pouvoir en place et en l’an 684 de l’Hégire (1285), Abou Bakr fut renversé et le trône fut capturé par Sabakourah, un esclave libre de la dynastie royale.

 

 

Sabakourah

 

Sabakourah s’avéra être un puissant dirigeant. Il acquit de nouveaux territoires, fit des raids autant sur Takrour à l’ouest que Songhay à l’est et prit le contrôle des mines de cuivre à Takkida. Il était un bon musulman et prit des mesures pour promouvoir l’Islam. Il protégea les ‘Oulama et comme ses prédécesseurs, Sabakourah alla au pèlerinage en l’an 699 de l’Hégire (1300) et décéda sur la route du retour.

Son règne dura depuis quinze années.

 

 

Les successeurs de Sabakourah

 

Après Sabakourah, la succession revint à la légitime lignée et le quatrième fils de Soun Dyata devint le nouveau souverain. Il décéda en l’an 704 de l’Hégire (1305) et fut succédé par son fils Muhammad qui régna cinq ans et décéda en l’an 709 de l’Hégire (1310). La succession de nouveau retourna à la lignée femelle et le prochain souverain fut Abou Bakr II, un fils de la sœur de Soun Dyata qui régna depuis douze ans et décéda en l’an 722 de l’Hégire (1322).

 

 

Mansa Moussa

 

Abou Bakr II fut succédé par son fils Mansa Moussa qui fut le plus grand souverain de la dynastie.

En l’an 725 de l’Hégire (1324-25), il accomplit le Hajj où il montra sa fantastique richesse en donnant à la Mecque d’immense biens en charité si bien que par sa munificence, le Mali fut bientôt connu comme un riche pays dans tout le monde musulman. Mansa Moussa invita des prêcheurs d’autres états musulmans et les récompensa largement.

Sous Mansa Moussa, Kaw la capitale du Mali devint un grand centre culturel islamique. Il fut aussi un bon commandant et entreprit des campagnes de conquête. Il étendit son territoire par des conquêtes à l’est et à l’ouest. Il annexa Songhay, captura Tombouctou qu’il transforma aussi en grand centre culturel islamique.

Il invita le célèbre architecte Abou Ishaq Ibrahim as-Sahili qui construisit un palais, quelques mosquées et des madrassas.

Ibn Batouta le célèbre voyageur musulman visita le Mali pendant le règne de Mansa Moussa et selon son récit, la mosquée principale de la capitale était débordée le vendredi et même un roturier qui avait une chemise courte, la lavait pour la prière du vendredi. Ibn Batouta a rapporté que de grands efforts étaient déployés sur les jeunes gens qui mémorisaient le Qur’an que la plupart des jeunes connaissaient par cœur. Les ‘Oulama étaient très estimés et vivaient dans un quartier indépendant de la ville, qui était administré par les ‘Oulama eux-mêmes et où le pouvoir du roi était exclus.

Mansa Moussa développa des relations amicales avec d’autres pays musulmans et échangea des ambassades avec eux.

 

 

Maghan I

 

Mansa Moussa décéda en l’an 737 de l’Hégire (1337) et fut succédé par son fils Maghan I. Son règne dura seulement quatre ans et en l’an 741 de l’Hégire (1341), il fut renversé par Souleyman, un frère de Mansa Moussa.

 

 

Souleyman

 

Souleyman fut aussi un bon souverain et comme l’extravagance de Mansa Moussa affecta défavorablement les finances de l’état, Souleyman réforma l’administration financière et introduisit des mesures économiques. Il promut l’Islam et construisit de nombreuses mosquées et madrassas. Il introduisit le Fiqh Maliki et invita des juristes d’autres pays musulmans à aider l’état dans l’exécution de la Shari’ah islamique.

Souleyman maintint des relations cordiales avec les Banou Marine du Maroc et décéda en l’an 764 de l’Hégire (1363). Son règne dura dix-neuf années durant lesquelles le Mali connut la paix et la prospérité.

 

Views: 0